Logistique: nouveau plan social chez Gefco, 134 suppressions nettes

PARIS, 23 juin 2016 (AFP) – Le groupe de logistique Gefco lance un nouveau plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant 134 suppressions de postes nettes, une augmentation du temps de travail et une baisse de rémunération pour certains chauffeurs, selon un document interne consulté jeudi par l’AFP.

Un plan social est déjà en cours dans l’ancienne filiale de PSA Peugeot-Citröen, dont plus de 40% de l’activité est encore consacrée au constructeur automobile. Il comprend 436 suppressions d’emplois dans la messagerie notamment, selon un représentant syndical.

Avec le nouveau PSE, Gefco France veut supprimer 157 postes, en créer 23 et procéder à 172 modifications de contrats, selon le projet de réorganisation dont l’AFP a eu copie.

Le groupe de logistique, désormais détenu par les chemins de fer russes (RZD), va réduire les effectifs de ses branches FVL, spécialisée dans la distribution des véhicules neufs (96 suppressions nettes), et Overseas, dédiée à la logistique internationale dans le transport maritime et aérien (38).

FVL représente près de la moitié du chiffre d’affaires de Gefco France, qui emploie quelque 3.000 salariés.

« Les négociations n’ont pas encore commencé sur les mesures d’accompagnement », précise à l’AFP Michel Le Breton, secrétaire (FO) du comité central d’entreprise, qui espère éviter un maximum de licenciements secs.

L’employeur russe avait promis lors du rachat fin 2012 qu’il ne toucherait pas « aux acquis des salariés français », ce qu’il s’apprête pourtant à faire selon M. Le Breton.

Le projet de PSE prévoit, pour certains conducteurs, une « augmentation du temps moyen de service mensuel » et la suppression d’une prime, « en compensation partielle de l’augmentation des heures supplémentaires », écrit la direction.

Dans le document remis aux représentants du personnel, l’entreprise précise que « ces mesures de réduction des coûts permettent de maintenir l’équilibre en 2018 tout en baissant nos prix vis-à-vis de PSA ».

Malgré une hausse du chiffre d’affaires de 24,6% entre 2010 et 2015, le groupe fait état d’un résultat en diminution depuis 2011 et de la perte de parts de marché par rapport à ses concurrents directs.

Force ouvrière, premier syndicat de Gefco (46%), appelle les salariés à faire grève le 1er juillet.

jta/cel/mcj