Loi travail: les syndicats contestataires menacent de nouvelles mobilisations

PARIS, 24 mars 2016 (AFP) – Sept syndicats, dont la CGT, FO et l’Unef, ont intimé jeudi au gouvernement de « prendre en compte » le mouvement de protestation contre la loi travail, sous peine de « renforcer les mobilisations » après la prochaine journée d’action prévue le 31 mars.

La mobilisation de jeudi a montré la « détermination » des opposants au projet de loi « toxique pour les salarié-es d’aujourd’hui et de demain », écrivent dans un communiqué commun les syndicats de salariés CGT, FO, FSU et Union syndicale Solidaires ainsi que les organisations de jeunesse Unef, UNL et FIDL.

Dès lors, les signataires appellent les Français « à se mobiliser par la grève et à participer massivement aux manifestations le 31 mars pour obtenir le retrait » du texte présenté jeudi en Conseil des ministres.

Après le 31, le gouvernement devra « répondre » aux attentes des opposants, préviennent-ils. Car dans le cas contraire, les organisateurs « inviteront les salarié-es et les jeunes (…) à renforcer les mobilisations, y compris par la grève et les manifestations ».

Les membres de l’intersyndicale « appellent d’ores et déjà le gouvernement à les recevoir pour prendre en compte leurs revendications et les mobilisations massives et répétées », concluent-ils.

Environ 43.000 personnes ont manifesté jeudi en France, dont 4.800 à 5.200 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur.

jta/cel/nas