L’usine Verallia de Chalon-sur-Saône à l’arrêt depuis six jours suite au suicide d’un salarié

DIJON, 29 octobre 2018 (AFP) – L’usine de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) du groupe verrier français Verallia est à l’arrêt depuis mardi dernier en raison d’un droit de retrait exercé par des salariés au lendemain du suicide, chez lui, d’un de leurs collègues, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

« Aujourd’hui, on se bat suite au décès d’un copain en production. On dénonce la pression des ressources humaines (en vue) de reclasser à l’extérieur du site des salariés qui ne sont plus jugés productifs », a déclaré à l’AFP Philippe Girardot, secrétaire général de la CGT dans l’entreprise.

Selon le syndicat, le salarié qui a mis fin à ses jours le lundi 22 octobre souffrait de « mal être au travail » et s’était fait qualifier de « +non productif+ par une dirigeante de l’établissement ».

« Après 23 ans de bons et loyaux services au soufflage, dans des conditions extrêmement difficiles (…) les problèmes de santé sont apparus, se sont accumulés, au point de ne plus pouvoir effectuer son travail », ajoute le syndicat dans un tract daté du 23 octobre.

Une vingtaine de salariés seraient concernés par des reclassements, selon M. Girardot qui ajoute qu’environ 200 employés sur 350 que compte l’usine – et 450 en tout sur le site – avaient fait valoir leur droit de retrait.

Une majorité de salariés ont reconduit lundi en milieu de journée leur mouvement jusqu’au lendemain, a indiqué le syndicaliste qui ne voit pas « d’engagement de la direction pour rassurer les salariés en situation de reclassement ».

Dans un communiqué, la direction du site indique avoir ouvert, « dès le lendemain du drame », une enquête « pour analyser les circonstances du décès et comprendre si d’éventuels facteurs professionnels ont pu conduire à cet acte ». « Si l’enquête le confirme, des mesures de prévention seront prises avec le CHSCT », ajoute-t-elle, en rappelant qu’une cellule de soutien psychologique avait également mise en place pour accompagner les salariés dès le 24 octobre.

Numéro trois mondial du verre d’emballage, Verallia dispose d’une présence industrielle dans 11 pays et emploie près de 10.000 personnes. En France, le groupe compte six implantations industrielles et près de 1.800 salariés.

Verallia a publié un chiffre d’affaires en hausse de 4,5% en 2017 à 2,47 milliards d’euros et une marge d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) ajusté en augmentation de 0,7 point sur un an, à 20,4% du chiffre d’affaires.

ode/fga/jlp