Maladies chroniques au travail: dispositif d’aide aux entreprises et collectivités

PARIS, 3 décembre 2015 (AFP) – Près d’un Français sur quatre souffre de maladie chronique, dont 50% en âge actif: face à ce constat, entreprises et collectivités peuvent bénéficier d’un dispositif visant à les aider à maintenir dans l’emploi leurs salariés malades.

Présenté jeudi à Paris, ce dispositif a été initié alors « qu’on recense chaque jour 1.000 nouveaux cas de cancer dont plus de la moitié concerne la population active occupée, 40.000 nouveaux cas d’épilepsie chaque année et qu’en 2014, on comptait plus de 4 millions de diabétiques », selon le fonds de dotation Cap santé Entreprise, à l’initiative de ce dispositif. Ce fonds regroupe des acteurs de la prévention de la santé, de la médecine du travail et du monde de l’entreprise.

S’y ajoutent « 2,8 millions de salariés affectés de maladies cardio-vasculaires », selon Olivier Liaroutzos de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact).

En 2009, 28 millions de personnes ont déclaré suivre un traitement périodique (au moins six fois par an) pour une même pathologie (Haut conseil de la santé publique).

Le nouveau dispositif, « en trois étapes et sur trois ans », vise à « accompagner les entreprises et leurs salariés confrontés aux conséquences humaines, organisationnelles et financières des maladies chroniques, encore +tabou+, au sein des équipes de travail », explique Damien Kunegel, membre du conseil d’orientation du fonds.

Il passe notamment par une formation des managers, un questionnaire à l’ensemble des salariés et la mise en place d’un réseau d’interlocuteurs au sein de l’entreprise pour aider le salarié malade, ajoute-t-il.

L’enjeu est de taille, quand on sait que le poids économique et social des maladies chroniques « devrait doubler au cours des vingt prochaines années ».

« Les seuls arrêts maladie dus à des diagnostics de cancer coûteraient aux employeurs environ 525 millions d’euros par an avec un coût moyen d’environ 9.000 euros par arrêt et les pertes de productivité sont estimées à 17 milliards d’euros », selon Cap santé Entreprise.

A contrario, souligne M. Liaroutzos de l’Anact, « un euro investi dans la prévention » pour la santé se traduirait, pour l’employeur, par « cinq euros gagnés ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « les maladies chroniques sont des affectations de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement » (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète…).

ls/bow/pad/sbo