Manifestation des salariés d’Allia (sanitaires) contre le plan social

LYON, 16 janvier 2017 (AFP) – Environ 200 salariés du fabricant de sanitaires Allia manifestaient lundi devant le siège social du groupe à Samoreau (Seine-et-Marne), pour protester contre le plan social qui prévoit la fermeture de deux sites en France et la suppression de 256 emplois, a-t-on appris de source syndicale.

A l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFTC-Unsa-FO, les manifestants, dont certains étaient déguisés en sanitaire, se sont réunis en fin de matinée devant le siège du groupe pour réclamer le « retrait du projet ». « Geberit tire la chasse », pouvait-on lire aussi sur une banderole.

En mai, le groupe suisse Geberit, la maison-mère d’Allia, avait annoncé une restructuration des activités de sa filiale française, entraînant la fermeture de ses deux sites de production hexagonaux à Digoin (Saône-et-Loire) et à La-Villeneuve-au-Chêne (Aube). Au total, 256 emplois sont menacés, dont 176 à Digoin.

Le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est discuté lundi pour la dernière fois en comité central d’entreprise, au terme de la procédure d’information-consultation des représentants du personnel sur le plan social, avant d’être transmis à la Direccte (direction régionale des entreprises, du travail et de l’emploi).

« Tout se joue aujourd’hui », a déclaré à l’AFP Jean-Paul Martin, élu UNSA au comité d’établissement de Digoin (Saône-et-Loire), qui en appelle à « l’intervention de l’Etat ».

« On veut sauver les deux sites avec des mesures alternatives comme des départs et des aménagements. Au lieu de mettre 50 millions d’euros dans un PSE, on pourrait utiliser cet argent autrement, dans des mesures d’accompagnement, mais il y a une volonté manifeste d’arrêter la production en France », a dénoncé M. Martin.

L’intersyndicale craint que la production soit délocalisée vers d’autres sites du groupe suisse en Europe, « comme la Pologne ou le Portugal ».

En octobre, les salariés d’Allia avaient organisé une manifestation devant le siège de Geberit, à Jona, près de Zurich, qui avait rassemblé entre 400 et 500 personnes. Début décembre, ils avaient bloqué l’accès au site de Digoin.

Leader européen dans le domaine des produits sanitaires, Geberit emploie plus de 12.000 personnes dans 40 pays et compte 35 usines de production. Le groupe revendique un chiffre d’affaires net de 2,6 milliards de francs suisses (environ 2,4 milliards d’euros).

Allia était entré dans le giron de Geberit en 2015 après une OPA de ce dernier sur son concurrent suédois Sanitec, précédent propriétaire.

mb/ppy/gf