Martinez: le Cese réformé ne doit pas devenir « le relais du gouvernement »

PARIS, 9 juillet 2017 (AFP) – La réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese), voulue par Emmanuel Macron, ne doit pas le transformer en « relais du gouvernement » pour imposer ses réformes, a prévenu dimanche Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

« Il ne faut pas que cette chambre devienne le relais du gouvernement pour imposer des réformes », a-t-il dit sur France 3.

« Il faut que ça reste indépendant. Des gens y travaillent sur des sujets importants. Ce n’est pas la courroie de transmission pour faire passer des réformes », a insisté M. Martinez.

Le président Macron a annoncé lundi, lors de son discours devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, que le nombre des membres du Cese serait réduit « d’un tiers » et ses règles de représentativité revues « de fond en comble » pour faire de cette assemblée « la grande instance consultative qui fait aujourd’hui défaut » à l’État.

Dans le cadre de cette réduction du nombre des membres du Cese, M. Martinez a suggéré qu’on se penche sur « un certain nombre de conseillers en fin de carrière qu’on recase ». Il a évoqué, sans les nommer, « quelques très anciens ministres » et « conseillers de présidents » de la République.

Le Cese, troisième assemblée de la République, comprend 233 membres représentant la société civile, désignés pour un mandat de 5 ans.

bow/ao/er/pb