Médecins: nouvelle séance de négociation avec la Sécu, trois syndicats sur cinq absents

PARIS, 13 juillet 2016 (AFP) – Une nouvelle séance de négociation tarifaire entre médecins libéraux et Assurance maladie qui doit leur présenter de nouvelles propositions s’est ouverte mercredi, en l’absence de trois syndicats sur cinq, dont le principal représentant de la profession, la CSMF.

Sur l’augmentation de la consultation généraliste à 25 euros, proposée pour 2018, « si le calendrier ne bouge pas, il n’y aura pas de convention. Nous ne signerons pas une augmentation en deux fois », a redit à son arrivée au siège de la Cnamts, le président du premier syndicat des généralistes, MG France, Claude Leicher.

Des représentants de la FMF étaient également présents.

En revanche, le président du SML, qui avait quitté la table des discussions la semaine dernière, est revenu brièvement pour « voir les nouvelles propositions » promises par le directeur général de la Cnamts, Nicolas Revel, avant de quitter la séance.

Il y a une semaine l’Assurance maladie avait présenté aux cinq syndicats représentatifs le budget global de ses propositions estimé à environ 750 millions d’euros, dont près des deux tiers consacrés à la revalorisation à 25 euros de la consultation chez les généralistes d’ici à 2018. Une augmentation prévue en deux temps: 1 euro au 1er avril 2017, puis 1 euro l’année suivante.

La CSMF, premier syndicat de la profession (généralistes et spécialistes) avait claqué la porte de la négociation jeudi jugeant les propositions de la Cnamts « inacceptables ». Il a fait savoir qu’il ne reviendrait pas mercredi, tout comme Le Bloc (chirurgien) qui depuis plus d’une semaine boycotte les séances.

« Pour nous la difficulté c’est le montant financier; pour les spécialistes elle est double, c’est le montant et la répartition », a résumé Claude Leicher.

La CSMF, a prévu en revanche de revenir aux trois prochaines séances programmées les 19, 20 et 21 juillet et annoncées comme la dernière ligne droite des négociations débutée fin février pour une nouvelle convention quinquennale.

Faute d’accord conclu avant le 26 août, un règlement arbitral sera confié à une personnalité indépendante.

est-ac/db/it/mcj