Mobilisation des Ehpad et des aides à domicile pour dénoncer leurs conditions de travail

PARIS, 1 juillet 2019 (AFP) – Des personnels de maisons de retraite et de services d’aide à domicile se sont rassemblés lundi devant le ministère de la Santé, à Paris, et devant les agences régionales de santé pour réclamer plus de moyens et dénoncer leurs conditions de travail.

« On arrive à un point de rupture », dénonce Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). « La concertation, le rapport Libault, il y a des éléments positifs mais qu’en est-il concrètement dans le quotidien des soignants aujourd’hui? ».

L’AD-PA et l’intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, CFE-CGC, CFDT, FSU, CFTC, FA, Unsa, Ufas) qui ont appelé lundi à une journée de mobilisation, dénoncent un manque de moyens et des « sous-effectifs » au sein des Ehpad et des services d’aide à domicile. Ils réclament la création immédiate de 40.000 postes, pour moitié à domicile.

Le rapport Libault sur le grand âge remis en mars dernier préconise de créer 80.000 postes dans les Ehpad d’ici 2024 mais ne chiffre pas les besoins à domicile.

« Les sorties dehors, les repas, les appels à la famille, tout ça c’est fait à la va-vite. On a basculé dans l’indignité et nous on veut pas être complice de ça », fustige Héloïse Valles, aide-soignante dans un Ehpad de l’Essonne (91).

« Aujourd’hui une aide-soignante doit être en mesure de s’occuper de dix personnes contre la moitié il y a vingt ans. Ça n’est pas possible! », ajoute-t-elle.

« Si l’on crée tout de suite deux emplois supplémentaires par structure, là les salariés verront que le gouvernement fait des actions concrètes », assure le président de l’AD-PA, Pascal Champvert, qui évoque une multiplication des arrêts maladie, des burn-out et un « personnel à bout ».

Malgré l’activation du plan canicule par le gouvernement et les dispositifs de prévention, l’AD-PA craint un excès de mortalité dans les structures d’accueil faute de personnel suffisant. L’association et les syndicats soulignent par ailleurs une demande d’accueil en constante augmentation ces dernières années face au vieillissement de la population.

Plus de 11,5 millions de Français ont plus de 65 ans, dont 1,5 million ne sont plus autonomes, selon les chiffres officiels.

Le nombre de personnes de plus de 75 ans, qui approche actuellement des 10% de la population, devrait dépasser les 15% d’ici 20 à 30 ans, selon l’Insee.

awa/cel/shu