Neuf Français sur dix opposés à la baisse des dépenses de santé et sécurité (sondage)

PARIS, 8 décembre 2016 (AFP) – Pour neuf Français sur dix, la baisse des dépenses publiques en matière de santé, de retraites ou de sécurité ne serait pas acceptable, selon un sondage Elabe publié jeudi.

Pour 90% des Français interrogés, la réduction des dépenses de santé n’est « pas acceptable ». Et une baisse des dépenses pour les retraites et la sécurité est rejetée par 89% d’entre eux.

Toutes tendances politiques confondues, les Français sont également fortement hostiles à une baisse des crédits de l’éducation (86%) et de la justice (82%), selon cette enquête pour Les Echos, Radio Classique et l’Institut Montaigne.

A moins de cinq mois du 1er tour de l’élection présidentielle, une personne interrogée sur deux (49%) considère en revanche qu’une baisse des « aides sociales » serait acceptable. 47% sont du même avis en ce qui concerne les crédits de la Culture ou pour l’indemnisation des demandeurs d’emploi, et 30% pour les dépenses en faveur de l’environnement.

Le clivage droite-gauche est net sur les dépenses sociales. Si 67% des proches de la droite et du centre jugent la baisse des « aides sociales » acceptable, ce n’est le cas que de 25% de ceux de la gauche.

Près de six Français sur dix (58%) estiment par ailleurs que l’objectif de réduire de 500.000 le nombre d’emplois publics au cours du prochain quinquennat, tel que l’envisage le vainqueur de la primaire à droite, François Fillon, n’est « pas souhaitable ». 42% sont d’un avis contraire.

Cet objectif n’est « pas souhaitable » pour 80% des proches de la gauche, mais 65% des sympathisants de droite sont d’un avis contraire.

Enquête réalisée en ligne les 6 et 7 décembre auprès de 1.003 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4% à 3,1%.

dch/chr/jcc