Nouvelle-Aquitaine: signature d’un pacte régional pour la formation des jeunes et chômeurs

« Dans un contexte de bouleversement social dans notre pays, je pense que c’est un plan anti-fatalité, puisque cela va redonner à plus de nos concitoyens la chance par la qualification, par la formation d’accéder à l’emploi », a indiqué Mme Pénicaud à des jeunes et des chômeurs en formation.

« On a sous-investi depuis une dizaine d’années dans la formation des demandeurs d’emplois, c’est seulement 1 sur 10 en formation. Par rapport à l’évolution des métiers, ça ne suffit pas. Quand vous n’avez pas de qualification, le taux de chômage, c’est 18%, et quand vous avez une qualification, c’est 6% », a indiqué la ministre.

Alain Rousset, président PS du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, s’est dit « très attaché à ce qu’on remette en marche l’ascenseur social, sinon ça pète, c’est ce qui se passe aujourd’hui ».

Les deux responsables, accompagnés de députés locaux et de Jean-Marie Marx, Haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, ont visité un atelier de formation à la soudure de l’Afept (Association pour la formation et l’éducation permanente à Tivoli), sous la gouvernance des Apprentis d’Auteuil.

Ils ont également rencontré 12 jeunes de l’Ecole de la deuxième chance et des « plombiers du numérique », spécialisés dans la fibre optique.

Deux pactes ont été signés depuis le 20 décembre dans les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté. Les autres régions devraient également signer ce pacte courant 2019, sauf Auvergne-Rhône-Alpes qui a baissé son budget consacré à la formation, selon le ministère. La région Paca est en cours de discussion. L’outre-mer bénéficie de délais supplémentaires.

ale/ff/tes