Nouvelle mobilisation des salariés d’Air France le 19 novembre

PARIS, 28 octobre 2015 (AFP) – Les salariés d’Air France sont appelés à se mobiliser une nouvelle fois le 19 novembre à l’occasion d’un comité central d’entreprise, a annoncé mercredi une intersyndicale réunissant toutes les catégories de personnels de la compagnie aérienne.

Dans un communiqué, l’intersyndicale rappelle que « les premiers entretiens disciplinaires de nos collègues mis en cause lors des événements du 5 octobre sont en cours » et « regrette que la direction d’Air France n’ait pas réalisé qu’il n’y aurait pas de négociations au sein de la compagnie tant que ces procédures ne seront pas arrêtées ».

« Parce que l’avenir d’Air France et de nos emplois demeure au coeur de nos préoccupations », les treize organisations syndicales signataires de l’appel demandent à l’ensemble des salariés de se rassembler devant le siège de la compagnie à Roissy le 19 novembre.

Les premiers entretiens préalables à une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement des salariés mis à pied après les débordements au siège lors du CCE du 5 octobre ont commencé lundi et devraient se poursuivre jusqu’à la semaine prochaine.

Au total, 18 salariés ont été mis à pied par la compagnie aérienne, dont six à titre conservatoire sans solde. Parmi ces 18 salariés, 15 travaillent à la branche cargo d’Air France, un à la maintenance et deux sont des pilotes.

Selon la CGT, la direction veut « faire un exemple ». Le Spaf (2e syndicat de pilotes) a estimé de son côté que ces convocations venaient « polluer la reprise d’un dialogue social constructif et apaisé ».

Fin septembre, direction et syndicats ont échoué à s’entendre sur le plan de développement « Perform 2020 », qui prévoit de faire voler le personnel une centaine d’heures de plus par an, à salaire égal. Le 5 octobre, la compagnie a présenté un plan de « restructuration » menaçant 2.900 postes en 2016 et 2017.

Depuis, Air France a fait savoir qu’il était possible « d’éviter » la deuxième phase du plan, qui pourrait concerner 1.900 postes menacés en 2017, si un accord pouvait être trouvé avec les pilotes et les personnels au sol. Des négociations sont prévues jusqu’à fin janvier.

Mais la compagnie a confirmé le 22 octobre en CCE sa volonté de supprimer un millier d’emplois en 2016, alors que plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées devant l’Assemblée nationale pour le maintien de l’emploi et en soutien aux « inculpés ».

La direction d’Air France et l’intersyndicale doivent être auditionnées séparément le 4 novembre à l’Assemblée nationale.

db-sp/tes