Opération coup de poing d’anciens mineurs CFDT à la CPAM d’Arras

ARRAS, 16 juin 2017 (AFP) – Une cinquantaine de mineurs CFDT venus de l’est de la France ont investi vendredi matin la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) d’Arras pour se plaindre notamment des lenteurs de l’administration, a constaté un journaliste de l’AFP.

Vers 10h30, ces anciens mineurs des potasses d’Alsace, des fers de Meurthe-et-Moselle et de charbon de Lorraine, portant tous leur ancien casque, ont déployé des banderoles « régime minier en danger » ou « amiante poussières cancérogènes les mineurs demandent réparation ».

« Le régime général, lorsqu’il a pris en charge le mandat de gestion du régime minier, n’a pas mesuré la charge de travail que cela représentait. On a des retards phénoménaux ! Pour une demande de rente, le traitement avoisine 270 jours », a expliqué François Dosso, représentant CFDT, qui a passé 33 ans de sa vie dans la mine.

« Dans le régime minier, un affilié sur deux a une rente, car beaucoup sont touchés par la silicose », a-t-il rappelé.

Fondé en 1946, le régime minier, un régime spécial de la sécurité sociale, prend en charge 100% des soins de ses 130.000 bénéficiaires, anciens mineurs et ayant-droits.

« Depuis juillet 2015, l’assurantiel a été transmis à la CPAM de l’Artois. Avant il y avait une proximité dans chaque bassin », a regretté Salvatore Di Rosa, membre du bureau du syndicat national CFDT, qui a fait près de 500 km pour participer à cette action syndicale.

« Ça suffit de traiter comme cela les anciens mineurs qui ont donné leur santé pour redresser le pays. Nous voulons des délais raisonnables! » a également lancé au mégaphone M. Dosso.

Un porte-parole de la CPAM d’Artois a expliqué que le directeur était d’accord pour recevoir « dès que possible » une délégation de la CFDT.

Les anciens mineurs se sont ensuite rendus à l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs (ANGDM) à Noyelles-sous-Lens (Pas-de-Calais) pour exprimer les mêmes revendications.

L’extraction du charbon s’est arrêtée en 1990 dans le bassin minier du nord de la France après avoir débuté en 1720. La dernière mine de charbon en France a, elle, cessé d’être exploitée en 2004 à La Houve (Moselle), non loin de Forbach.

mas/dac/pap/it