Ouverture d’une procédure de sauvegarde pour La Halle

PARIS, 21 avril 2020 (AFP) – Le tribunal de commerce de Paris « a accepté l’ouverture d’une procédure de sauvegarde pour La Halle et a décidé d’une période d’observation de six mois », a indiqué mardi à l’AFP une porte-parole du groupe Vivarte, auquel appartient la chaîne de magasins.

Une telle procédure, qui ne concernera pas les deux autres enseignes de Vivarte, Caroll et Minelli, permet notamment à une entreprise d’étaler le règlement de certaines créances et de suspendre le paiement des loyers, le temps de se réorganiser.

La semaine dernière, la direction de Vivarte avait annoncé réfléchir à fermer ou vendre plus d’une centaine de magasins La Halle, sur 860 au total (plus de 6.000 salariés en France).

La CFDT de Vivarte, « premier syndicat dans le groupe et dans les magasins La Halle », avait dénoncé lundi dans un communiqué un projet de « casse sociale », accusant la direction de « profiter » de la pandémie du coronavirus « pour faire supporter à l’État la facture de la restructuration du groupe ».

La direction avait expliqué la semaine dernière que « dans un secteur de l’habillement et de la chaussure structurellement en baisse depuis des années et davantage fragilisé par les derniers mouvements sociaux, la fermeture de l’ensemble des magasins » de La Halle et « de ses deux entrepôts en raison de l’épidémie de Covid-19 » avait « brutalement arrêté l’activité de l’enseigne, conduisant à une prévision de perte de 106 millions d’euros de chiffre d’affaires entre le 15 mars et le 11 mai ».

Avec cette procédure de sauvegarde, « la CFDT craint la vente de 300 magasins La Halle et la disparition des deux sites logistiques » de cette enseigne dans l’Indre, à Issoudun et Montierchaume, « bassin d’emploi déjà en souffrance », déplorait le syndicat dans son communiqué lundi.

lrb-er-cda/tq/eb