Patrick Kanner s’inquiète du détricotage de la loi Egalité et Citoyenneté par le Sénat

PARIS, 20 septembre 2016 (AFP) – Le Ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, s’est inquiété mardi de la suppression de plusieurs mesures figurant dans la loi Egalité et Citoyenneté, examinée par le Sénat à majorité de droite, et a rappelé l’action du gouvernement en matière d’emploi des jeunes.

« Il s’agit de la dernière grande loi sociale du quinquennat, un projet qui va véritablement changer la vie des gens », a affirmé M. Kanner lors d’une conférence de presse, ajoutant que le texte serait voté début décembre.

Adopté par l’Assemblée nationale en première lecture par une large majorité à gauche, le projet de loi Egalité et Citoyenneté comporte trois volets: « culture de l’engagement », avec notamment l’élargissement du service civique et la création d’une « réserve civique », la « mixité sociale dans les territoires », qui vise à lutter contre la ghettoïsation des quartiers et un dernier volet concernant la lutte contre les discriminations.

Le Sénat entamera le 4 octobre en séance l’examen du texte. Il fera ensuite l’objet d’une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune entre les deux chambres. En cas d’échec, c’est l’Assemblée nationale qui aura le dernier mot.

Le Sénat, en commission spéciale, est revenu sur plusieurs dispositifs contenus dans le projet en supprimant notamment la part de 25% de créations de logements sociaux hors quartiers « politique de la ville ».

« Ils ont déjà supprimé beaucoup de mesures, cela prouve que le symbole du clivage gauche-droite existe bien dans ce pays, contrairement à ce que peuvent dire certains », a déclaré le ministre.

M. Kanner a par ailleurs évoqué l’action du gouvernement en faveur des jeunes: « Je vous le dit ici avec beaucoup de force, il y aura moins de chômeurs en proportion chez les jeunes à la fin du quinquennat par rapport à 2012 ».

L’Unédic a publié mardi ses prévisions pour 2017, avec un chômage qui devrait repartir à la hausse – après une baisse en 2016 – sous « l’effet du Brexit » et de la « stabilisation des contrats aidés ». Le chômage des jeunes est resté stable en septembre, à 23,7% en métropole.

« On parle tout le temps dans les médias de la jeunesse comme d’une +génération sacrifiée+, j’en ai ras le bol », s’est emporté le ministre, énumérant les différents dispositifs créés depuis 2012 (emplois d’avenir, contrat aidés, contrat starter, service civique, garantie jeune, grand plan de formation…)

Mais « nous n’avons pas encore assez de recul pour savoir si à la sortie des emplois d’avenir, le jeune reste dans l’entreprise », a reconnu le ministre qui s’est inquiété de la faible part de jeunes en formation dans le cadre de ce dispositif, alors qu’elle est obligatoire: « les jeunes en emploi d’avenir ne doivent pas être des +bouche-trou+ ».

Il s’est néanmoins montré optimiste: « Ces mesures devraient créer un écosystème favorable pour une baisse durable du chômage ».

mbo/cel/it