Pénibilité: Macron favorable à une mise en place par branche

PARIS, 16 mars 2017 (AFP) – Emmanuel Macron a redit jeudi sa volonté de « suspendre » le compte pénibilité, qui doit, selon lui, être « adapté » par branche, soulignant également qu’il n’aimait pas ce mot qui renvoyait à une notion « doloriste » du travail.

« Oui, je suis favorable à la philosophie du compte pénibilité, je prends acte du fait qu’il y a plusieurs critères qui ne sont pas applicables en l’état (…) et donc je suis favorable pour qu’on puisse le suspendre », a dit le candidat d’En marche!, lors d’un évènement organisé par la CFDT autour du travail.

« Je veux une vraie concertation et une vraie négociation par branche pour le mettre en oeuvre de manière adaptée par branche », a-t-il ajouté.

Il a également dit vouloir intégrer ce critère dans son système de retraite universel.

« Si je pensais qu’il n’y a pas de pénibilité au travail, je proposerais de le supprimer », a-t-il ajouté.

M. Macron a également dit qu’il « n’aime pas le mot pénibilité »: « Je pense qu’il faut qu’on trouve un mot qui est plus adapté et qui soit moins négatif. » Pour lui, ce vocable renvoie à une idée « doloriste dans le rapport au travail qui n’est pas bon ».

Le compte personnel de prévention de la pénibilité permet aux salariés du privé exposés à au moins un facteur de pénibilité, parmi dix prévus par la loi, de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel.

Le patronat est opposé au compte pénibilité, dénonçant sa complexité.

bow-jah/ao/sd