Pentecôte: la CFTC « couvre » les salariés par un mot d’ordre de grève

PARIS, 18 mai 2018 (AFP) – Comme chaque année, la CFTC a décidé de « couvrir » par un mot d’ordre de grève tout salarié que son employeur souhaiterait faire travailler gratuitement le lundi de Pentecôte, a-t-elle annoncé vendredi dans un communiqué.

Le syndicat chrétien considère « inacceptable » le principe de faire travailler un salarié sans le rémunérer.

Elle dénonce aussi des « aberrations », comme le fait que les professions libérales ne soient pas assujetties à une journée « de solidarité ».

Se disant « fondamentalement attachée » au principe « tout travail mérite salaire », la CFTC « couvre par un mot d’ordre de grève tout salarié du secteur privé que son employeur voudrait faire travailler gratuitement le lundi de Pentecôte ou tout autre jour qualifié de +journée de solidarité+ ».

La « journée de solidarité » envers les personnes âgées, travaillée mais non payée aux salariés, a été décidée par Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre, après la canicule de l’été 2003 qui avait fait 15.000 morts en France.

Mi-avril, Emmanuel Macron a estimé que la création d’une deuxième journée de ce type était « une piste intéressante » pour faire face au défi budgétaire posé par l’allongement de la durée de la vie.

bow/cel/ct