Plan pauvreté: les élus locaux s’interrogent sur le financement

PARIS, 20 septembre 2018 (AFP) – Les collectivités territoriales s’interrogent sur le financement des mesures annoncées la semaine dernière par Emmanuel Macron dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et ont appelé jeudi à la concertation.

L’Assemblée des départements de France (ADF) considère que le plan « demeure flou quant au financement et au public concerné », notamment quant au « revenu universel d’activité » prévu pour 2020. « L’annonce de ce RUA en lieu et place de l’actuel RSA ne manque pas d’interroger sur son financement par l’État », écrit l’ADF dans un communiqué.

Les régions regrettent pour leur part « l’absence de concertation avec les collectivités pour l’élaboration de ce plan ». Elles « sont prêtes à s’engager avec le président de la République mais dans le cadre d’un véritable dialogue », souligne le président de Régions de France, Hervé Morin, sur le site de l’association.

Pour l’Association des maires de France (AMF), la mise en oeuvre du plan « s’appuie largement sur l’implication des élus locaux » et ses modalités de mise en oeuvre « devront être décidées ensemble ».

L’Association des petites villes de France (APVF) sera vigilante « sur la compensation financière pour les communes de certaines mesures annoncées » et appelle le gouvernement « à s’appuyer davantage sur les territoires » pour répondre au défi de la pauvreté.

Le plan annoncé par le chef de l’État comprend notamment des mesures de prévention de la précarité en faveur des plus jeunes, l’instauration d’un « revenu universel d’activité » et un renforcement des dispositifs d’accompagnement au retour à l’emploi.

dch/ggy/pta