Pôle emploi: forte baisse des agressions contre les agents en 2015

PARIS, 14 octobre 2016 (AFP) – Les agents de Pôle emploi ont subi 6.897 agressions en 2015, en majorité des insultes, un chiffre en baisse de 17% par rapport à l’année précédente, selon le rapport d’activité sécurité de l’opérateur public dont l’AFP a obtenu copie vendredi.

Dans le détail, les conseillers ont été victimes de 4.092 « agressions verbales » (injures, menaces), 1.502 « agressions comportementales » (harcèlement, chantage, dégradations…), 1.112 « incivilités » et 148 « agressions physiques ».

En 2014, Pôle emploi avait recensé 8.336 agressions. « On est sur une tendance à la baisse depuis 2013 », indique-t-on chez l’opérateur public.

Le ressenti des agents s’améliore aussi. Selon le baromètre social 2016 de Pôle emploi, également consulté par l’AFP, seulement 53% déclarent avoir subi l’agressivité de visiteurs au cours des six derniers mois, contre 70% début 2013.

Selon Pôle emploi, plusieurs nouveautés expliquent cette baisse : « le fait qu’on ait positionné des responsables de l’accueil dans nos agences », « qu’on ait travaillé sur l’aménagement des espaces d’accueil pour les rendre plus fluides ». L’opérateur, qui se dit « confiant pour la suite », met également en avant le fait que les demandeurs d’emploi ont désormais un accès direct à leur conseiller référent, par mail, « ce qui leur évite des déplacements qui les rendaient parfois nerveux ».

Malgré la baisse globale, « on observe sur l’année 2015 une tendance à la hausse des agressions verbales et comportementales », peut-on lire dans le document transmis par Pôle emploi aux représentants du personnel. « Cette évolution fera l’objet d’une attention particulière en 2016 ».

Les agressions ont surtout lieu à l’accueil des agences (32%) et dans les bureaux d’entretiens (31%). L’accueil téléphonique concentre, quant à lui, 12% des agressions.

L’Ile-de-France est la région la plus touchée, avec près de 750 agressions verbales et comportementales. Suivent les régions Rhône-Alpes (plus de 500 agressions), l’Aquitaine (près de 500), Paca (près de 450) et le Languedoc-Roussillon (près de 400).

En Ile-de-France, des caméras de vidéosurveillance ont été déployées dans 21 agences et un groupe de travail sur les incivilités a été créé en 2015.

jah/cel/bir