Pôle emploi: grève peu suivie contre la nouvelle organisation

 PARIS, 8 février 2016 (AFP) – Les appels à la grève de plusieurs syndicats de Pôle emploi, lancés dans trois régions contre la nouvelle organisation, qu’ils qualifient de « déshumanisation » du service public, étaient peu suivis lundi, a-t-on appris auprès de la direction de l’opérateur.

A 11 heures, le taux de participation à la grève s’élevait à 4,95% dans les régions Ile-de-France, Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et Auvergne/Rhône-Alpes, et toutes les agences étaient ouvertes, a indiqué la direction de Pôle emploi dans un communiqué.

Le SNU-FSU estime pour sa part le nombre de grévistes à « au moins 10% » « en Ile-de-France.

Les syndicats ont appelé à la grève en ordre dispersé (CGT, FO, le SNU-FSU, SUD et « Continuons la lutte » pour l’Ile-de-France, CGT, SUD et SNU-FSU pour Auvergne/Rhône-Alpes, CGT et SUD seuls pour Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées) contre le « nouveau parcours du demandeur d’emploi », mis en place progressivement dans les régions et qui devrait être généralisé dans toute la France à la mi-mars.

Selon cette nouvelle organisation des agences, les après-midi sont réservés aux demandeurs d’emploi qui ont rendez-vous.

Les syndicats voient dans la « fermeture » des agences l’après-midi, ainsi que dans le nouveau dispositif d’inscription sur internet, une « déshumanisation massive des services ».

« Ce projet est conçu pour faire face à la charge de travail, pas pour rendre un meilleur service au chômeur. Il pose la question des moyens de Pôle emploi, insuffisants pour faire face au nombre de chômeurs », a affirmé à l’AFP Jean-Charles Steyger, délégué syndical central SNU-FSU, qui regrette de n’avoir pas pu mettre en place un appel « unitaire » à la grève.

Selon le syndicaliste, « obliger le demandeur d’emploi à s’inscrire par internet est hallucinant quand de nombreux chômeurs n’ont pas accès à internet, et qu’ils ont besoin d’une relation de confiance ».

Pôle emploi souligne au contraire que la nouvelle organisation vise à instaurer une « relation personnelle » avec le conseiller.

« Dans la quarantaine d’agences où nous l’avons testée l’année dernière, nous avions constaté une hausse du nombre de rendez-vous et du temps consacré à l’accompagnement. Plutôt que de venir à l’accueil sur +flux+ pour voir un conseiller qui n’est pas le leur, les demandeurs d’emploi préfèrent prendre rendez-vous, afin d’avoir un conseiller plus disponible », fait valoir auprès de l’AFP Thomas Cazenave, directeur général de Pôle emploi.

En cas d’urgence, les demandeurs d’emploi pourront toujours être reçus l’après-midi.

Concernant l’inscription sur internet, la direction souligne qu’elle permet plus de rapidité pour les droits à l’assurance chômage, et de consacrer le premier entretien avec le conseiller « exclusivement au diagnostic », les démarches administratives étant déjà effectuées.

Les chômeurs qui n’ont pas internet peuvent venir s’inscrire dans les agences de proximité, aidés si besoin par « 2.000 services civiques », ajoute la direction.

juc/db/az