Pôle emploi: la CGT dénonce une « dérive » de la qualité des offres en Bretagne

PARIS, 29 janvier 2016 (AFP) – La CGT du Morbihan a dénoncé vendredi une « dérive » de la qualité des offres d’emploi sur le site de Pôle emploi du département, relevant « 30% d’irrégularités » sur une semaine, avec plusieurs « doublons, incohérences et offres illégales », liées à la politique d’agrégation des offres de l’opérateur public.

« Nous constatons depuis plusieurs mois une dérive sur la qualité des offres d’emploi diffusées sur pole-emploi.fr« , écrit l’Union CGT du Morbihan dans un courrier à la directrice départementale de Pôle emploi.

Dans un communiqué, la CGT Chômeurs de ce département précise avoir « analysé les 323 offres d’emploi en CDI enregistrées la semaine dernière » sur le site web de l’opérateur: « il en ressort 30% d’irrégularités, soit 2 doublons, 7 +triplons+, 1 +quadruplon+, 2 +quintuplons+, 6 incohérences sur le lieu de travail, 14 incohérences dans la désignation de l’emploi, et 30 offres d’emploi illégales ».

Interrogé par l’AFP, Pôle emploi a expliqué que ce problème était lié à la politique d’agrégation des offres, mise en place en juillet 2013: l’opérateur public agrège actuellement les offres de 72 partenaires sur une unique plateforme, dans le but d’améliorer la « lisibilité » pour l’usager.

Les offres sont filtrées et la « majorité des doublons sont détectés en amont, mais vu le volume énorme, il y a toujours des doublons qui peuvent passer au travers des mailles », reconnaît-on. En décembre dernier, 543.000 offres venant des partenaires ont ainsi été « passées à la moulinette par nos outils, et près de 40% ont été mises de côté ».

« Les offres sont quotidiennement et systématiquement mises à jour. C’est un défi technique permanent. Notre objectif est d’améliorer la vigilance », ajoute Pôle emploi, qui souligne proposer « quatre fois plus d’offres » qu’avant la mise en place de cette agrégation.

« Si on arrête, l’usager ne va certes plus tomber sur des doublons, mais il va falloir qu’il recherche sur 72 plateformes, avec 72 CV et profils à remplir », fait-il valoir.

Pour la CGT, le logiciel censé détecter les doublons et offres frauduleuses « manifestement ne marche pas ».

« Dans un contexte où le contrôle et la recherche d’emploi s’intensifie (…), il semble inconcevable que les salariés privés d’emploi ne puissent pas, a minima, bénéficier d’un service de diffusion d’offres gratuit qui respecte la loi et qui contrôle la qualité et l’exactitude des offres proposées « , écrit le syndicat qui demande un rendez-vous à Pôle emploi.

juc/db/bir