Préjudice d’anxiété: 150 salariés de Baccarat exposés à l’amiante déboutés à Nancy

STRASBOURG, 11 mai 2017 (AFP) – Cent-cinquante salariés de la cristallerie de luxe Baccarat, exposés à l’amiante durant leur carrière et qui réclamaient la reconnaissance de leur « préjudice d’anxiété », ont été déboutés jeudi aux prud’hommes de Nancy, a-t-on appris auprès d’un représentant des salariés.

« Nous avons été déboutés. Les 150 personnes ont été déboutées », a dit à l’AFP Eric Rogue, secrétaire du comité d’entreprise de Baccarat.

Les salariés de Baccarat, soutenus par l’Addeva 54 (Association départementale de défense des victimes de l’amiante), demandaient la reconnaissance de leur « préjudice d’anxiété » et 30.000 euros d’indemnités par salarié.

Ces derniers espèrent obtenir gain de cause en appel. « L’avocat va consulter les salariés concernés pour leur demander s’ils souhaitent faire appel », a précisé le secrétaire du CE de Baccarat.

« Les jurisprudences des cours d’appel nous donnent raison. Par expérience, on sait qu’on va avoir raison », a affirmé M. Rogue, soulignant la « déception » des salariés après la décision du conseil de prud’hommes de Nancy.

« C’est une déception qui est constante dans le temps », a-t-il commenté. « En plus des jugement négatifs qui sont rendus, on a un allongement des délais dans les procédures », a-t-il souligné.

Les premiers dossiers de salariés de Baccarat pour préjudice d’anxiété ont été déposés en octobre 2013.

Au total, 290 dossiers de plaintes, examinés en quatre vagues, ont été déposés devant le conseil de prud’hommes de Nancy. Il se prononcera sur le cas de 114 de ces plaintes le 12 octobre.

Trente-deux dossiers, déboutés en première instance en mars 2016, seront également examinés en appel le 14 décembre à Nancy.

« C’est long, il y a des gens qui meurent entre-temps (…) Il y a des salariés qui ont contracté la maladie de l’amiante. Il y a des cancers, de l’asbestose » (pathologie pulmonaire liée à l’exposition à des particules d’amiante), a souligné M. Rogue e