Prix de la consultation: Médecins et Sécu terminent la première phase des négociations

PARIS, 4 mai 2016 (AFP) – Les syndicats de médecins libéraux ont conclu mercredi la première phase de leurs négociations tarifaires avec l’Assurance maladie, prêts désormais à « rentrer dans le dur », selon leurs représentants.

« On a fait le tour des propositions, maintenant on va pouvoir rentrer dans le dur », a déclaré à l’AFP le président de la FMF, Jean-Paul Hamon, à l’issue d’une nouvelle séance de discussion au siège de la caisse nationale d’assurance maladie (Cnam).

Depuis fin février, les cinq syndicats représentatifs de la profession (CSMF, MG France, FMF, SML, le Bloc) négocient avec l’Assurance maladie une nouvelle convention médicale quinquennale, texte qui régit les relations entre les médecins et la Sécu et fixe leurs honoraires.

Des « bilatérales » doivent désormais se tenir entre les syndicats et la Sécu, avant de nouvelles réunions plénières à partir du 25 mai.

Au coeur de ces tractations: le prix de la consultation, bloqué depuis 2011 à 23 euros pour les généralistes, 25 pour les spécialistes.

Les syndicats réclament sa hausse, ainsi qu’une revalorisation pour les consultations longues et complexes. Mais pour l’Assurance maladie, le cumul des deux pourrait s’avérer trop onéreux.

La Cnam a proposé diverses pistes, notamment la mise en place d’une « rémunération unique dédiée au suivi de la patientèle du médecin traitant » à la place des divers forfaits existants (personnes âgées, pathologies lourdes) qui pourrait aussi aider les médecins à employer des secrétaires et favoriser la coordination.

Jean-Paul Ortiz, le président de la CSMF, s’est inquiété mercredi des efforts financiers que la Cnam est prête à faire et attend « des chiffrages », qui devraient bientôt être dévoilés.

Pour sa part, Jean-Paul Hamon a déploré le « ferme » refus du directeur général de la Cnam, Nicolas Revel, de permettre à tous les médecins libéraux de pouvoir pratiquer des dépassements d’honoraires, possibilité réservée aux praticiens dits de « secteur 2 ».

La séance de mercredi portait elle sur le contrat d’accès aux soins, qui vise à encadrer les dépassements d’honoraires.

La Cnam suggère de revoir le dispositif pour accélérer le versement de la rémunération des médecins respectant leurs engagements (6.525 euros en moyenne en 2016 au titre de 2014), qui voient une partie de leur cotisations sociales prises en charge. Quelque 11.250 médecins avaient signé un tel contrat fin décembre.

Syndicats et Cnam ont jusqu’au 26 août pour se mettre d’accord.

ac/jg/cam