Projet Hinkley Point: le CCE d’EDF décide une expertise

PARIS, 9 mai 2016 (AFP) – Le comité central d’entreprise (CCE) d’EDF a décidé lundi de recourir à une expertise sur le projet controversé de construction par l’électricien de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point (Angleterre).

Considérant que « de nombreux documents et réponses leur manquent afin d’être en mesure de formuler un avis éclairé et motivé », les élus du CCE ont voté à l’unanimité une résolution, qui mandate des experts pour étudier la faisabilité de ce projet d’un coût de 23 milliards d’euros, selon un communiqué du CCE.

L’expertise portera sur les volets « politique et stratégique, économique et financier, organisationnel et social, technique et industriel, juridique », précise le CCE.

La direction de l’entreprise avait finalement décidé fin avril d’accéder à la demande de longue date des syndicats que le CCE soit consulté sur ce projet. Le PDG, Jean-Bernard Lévy, l’avait annoncé le 22 avril, à l’ouverture d’un conseil d’administration.

La veille, les élus du CCE, qui rassemble les quatre syndicats représentatifs (CGT, CFE-CGC, CFDT, FO) chez EDF, avaient demandé officiellement, et à l’unanimité, à être « préalablement » consultés. Ils avaient menacé d’aller en justice faute d’être entendus.

Le CCE dispose normalement d’un délai de deux mois, jusqu’à début juillet, pour se prononcer.

Mais la direction semble vouloir aller vite et limiter le débat à l’accord qui lie EDF à son partenaire chinois, tandis que les élus souhaitent un débat plus large, a indiqué à l’AFP une source syndicale.

Lundi, le CCE s’est tenu en présence de la moitié du comité exécutif d’EDF, selon cette source, mais sans M. Lévy.

Chez EDF, on a indiqué qu’il s’agissait d' »une réunion technique, avec remise d’une documentation extrêmement complète » sur le projet Hinkley Point.

« C’est une présentation pour information en vue d’une consultation: c’est une présentation en toute transparence et complétude de l’intégralité des données », a-t-on dit.

Le document remis aux élus compte environ 120 à 130 pages.

La décision d’EDF de consulter le CCE a de fait reporté de quelques mois la décision finale d’investissement du groupe, initialement attendue début mai, sur ce projet qui cristallise depuis des mois les inquiétudes des syndicats. La CGT, la CFE-CGC et FO ont demandé à plusieurs reprises qu’il soit reporté de deux ou trois ans.

sp-mpa/db/bma