PSA Aulnay: report de la décision concernant 161 ex-salariés qui contestent leur licenciement

  BOBIGNY, 1 décembre 2015 (AFP) – Le tribunal des prud’hommes de Bobigny, saisi par 161 anciens salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui contestent le motif économique de leur licenciement en mai 2013, rendra finalement sa décision mi-décembre.

« La décision a été prorogée au 15 décembre » à 9H00, a indiqué à l’AFP Fiodor Rilov, l’avocat des salariés, dont beaucoup sont adhérents au syndicat Sud.

Ces ex-PSA contestent la « justification économique » de leur licenciement lors de la fermeture de cette usine du nord de Paris et reprochent au constructeur automobile de ne pas avoir respecté ses obligations en matière de reclassement.

Ils réclament jusqu’à 100.000 euros de compensations financières.

Le plan de restructuration du groupe PSA Peugeot Citroën, décidé pour remédier au problème de compétitivité du constructeur, s’était soldé par la suppression de 11.600 postes entre fin 2011 et fin 2013, dont près de 3.000 à l’usine d’Aulnay.

Lors de l’audience, le 23 juin dernier dans une salle comble, Me Fiodor Rilov s’était employé à démontrer « l’absence de cause économique réelle et sérieuse » aux licenciements décidés par le groupe.

A ses yeux, PSA s’était servi de la crise économique mondiale comme d’un « prétexte » pour mener à bien un projet de délocalisation mûri de longue date.

Il avait également fustigé « l’insuffisance manifeste » du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) mis en place en juillet 2012 par le groupe qui n’avait, selon lui, pas fait tout ce qui lui incombait pour reclasser en interne les salariés.

1evs/mig/pb