Recours au 49-3: « Ce n’est pas une bonne méthode » (Berger, CFDT)

PARIS, 11 mai 2016 (AFP) – Le recours au 49-3 « n’est pas une bonne méthode » et « relève d’une certaine irresponsabilité » du gouvernement et du Parlement, a déclaré mercredi Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, principal soutien syndical de la loi travail.

« La méthode est un problème, évidemment. Ce n’est pas une bonne méthode, ça relève d’une certaine irresponsabilité des uns et des autres », notamment « du gouvernement et du Parlement », a-t-il estimé sur France Info.

La veille, Manuel Valls avait salué le soutien des syndicats dits « réformistes », dont la CFDT, à ce texte décrié par les organisations contestataires (CGT, Solidaires ou FO).

Le secrétaire général de la CFDT a continué toutefois de soutenir le projet, le qualifiant d' »équilibré ».

« Moi je veux distinguer la méthode, qui n’est pas une bonne méthode, du contenu », a-t-il souligné. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de dialogue dans la classe politique qu’il ne doit pas y avoir de dialogue social dans les entreprises ».

« J’en ai assez des postures, de ceux qui s’expriment en disant par exemple que ce texte remet en question tous les droits des salariés. Qu’ils disent lesquels! », a-t-il lancé, évoquant des « syndicalistes », des « hommes et femmes politiques », sans les nommer.

« Ce texte, il est équilibré, il permet à la fois des protections pour les salariés tout au long de leur parcours professionnel, avec y compris des droits nouveaux », selon lui. Il a également salué le fait que cette loi laisse « davantage d’espace à la négociation d’entreprise ».

La CFDT sera « extrêmement vigilante » sur les navettes qui vont encore s’effectuer entre l’Assemblée nationale et le Sénat.

bow/cel/tes