Réforme de la SNCF: Larcher pointe un « petit problème de méthode »

PARIS, 18 mars 2018 (AFP) – Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a pointé dimanche un « petit problème de méthode » du gouvernement dans son projet de réforme de la SNCF, tout en appelant les organisations syndicales au « dialogue ».

« Naturellemment, il faut faire évoluer le statut mais on a là aussi un petit problème de méthode », a déclaré M. Larcher au Grand Rendez-vous d’Europe 1/Les Echos/CNews.

« Je suis personnellement pour l’ouverture à la concurrence, pour le changement statutaire, je suis aussi pour le dialogue social », a ajouté l’ancien ministre du Travail.

« Le sujet, on l’a déjà eu en 2014 sur le fret » et « on a abouti à une série de conventions collectives », aujourd’hui « en application », et qui pourraient être « une voie de sortie » du conflit, selon le sénateur des Yvelines.

« La grève perlée va prendre en otage 3,8 millions de voyageurs », a aussi affirmé le président du Sénat, appelant, face à cette « responsabilité », l’ensemble des organisations syndicales au « dialogue », « seule voie » possible.

Avec une grève en pointillé, deux jours sur cinq d’avril à juin, les syndicats de la SNCF comptent faire pression sur le gouvernement et obtenir l’ouverture de « vraies négociations » sur son projet de réforme.

M. Larcher a rappelé que le Sénat allait examiner à partir du 28 mars une proposition de loi sur « l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs », présentée par Hervé Maurey (Union centriste). « On n’a pas besoin de l’argument rapidité » du gouvernement et de « passer par des ordonnances », a taclé le président de la Haute assemblée.

Et de proposer « au gouvernement de reprendre ce qui sera le fruit du débat du Sénat » concernant la SNCF.

reb/frd/mpf/mcj