Réforme de l’assurance chômage: Berger dénonce « un système d’accroissement de la pauvreté » (Libération)

PARIS, 20 juin 2019 (AFP) – Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger avait « la boule au ventre » mardi après l’annonce par le gouvernement de la réforme de l’assurance chômage, un « système d’accroissement de la pauvreté », confie-t-il au site internet du quotidien Libération jeudi soir.

« C’est vrai que cela faisait au moins cinq ou six ans que je n’avais pas autant eu les nerfs. Mardi, j’avais la boule au ventre, car je sais qui sont les chômeurs qui seront touchés », dit-il.

« Quand j’étais conseiller en insertion professionnelle, j’ai trop vu de gens précaires pour feindre », poursuit Laurent Berger. « Là, si je suis particulièrement en colère, c’est que cette réforme n’a qu’un objectif budgétaire. L’essentiel des 3,5 milliards d’économie va se faire sur le dos des chômeurs. »

La réforme annoncée par Edouard Philippe « repose sur l’idée fausse que s’ils le voulaient vraiment, les chômeurs retrouveraient du boulot. Or toutes les études montrent que les abus ne dépassent jamais 15% des demandeurs d’emploi. On fait quoi pour les 85% d’autres? On fait payer à tous les conditions d’indemnisation ».

Tout dans cette réforme est « problématique », estime-t-il, citant l’allongement des conditions d’accès à l’assurance chômage de quatre à six mois, soit « 240.000 personnes qui n’auront pas droit à l’indemnisation ».

« Ils sont en train de créer des trappes à pauvreté. On va passer d’un système d’indemnisation chômage à un système d’accroissement de la pauvreté », assène M. Berger.

L’introduction d’un bonus malus pour les contrats courts, défendue par la CFDT, est « totalement insuffisant », et ne concernera que « 34% des contrats courts », estime-t-il, soulignant que la promesse d’Emmanuel Macron « n’a pas été respectée ».

La CFDT va organiser le 25 juin un rassemblement devant le ministère du Travail avec l’Unsa, la CFTC, la CGC, la Fage et des associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, un geste « symbolique, c’est pour dire: on n’est pas dupe ».

mpf/cg/asm