Réforme des retraites: la CFDT au centre du jeu

PARIS, 19 juillet 2019 (AFP) – Seul grand syndicat à avoir accueilli plutôt favorablement le rapport Delevoye, la CFDT retrouve sur la réforme des retraites un rôle d’influence auprès de l’exécutif, qui semble pour une fois décidé à tenir compte de ses avis.

« Dans ce rapport, il est démontré qu’on peut aller vers un régime universel qui soit plus juste: on ne peut pas être contre quand on est syndicaliste », a défendu vendredi sur BFMTV et RMC son secrétaire général Laurent Berger.

Femmes, carrières hachées, enfants… « Tout cela est mieux pris en compte. Ce système peut être très redistributif pour les travailleurs qui touchent le moins », a-t-il plaidé.

Le premier syndicat français est partisan de longue date d’un « système universel » par points alors qu’à l’inverse FO et CGT y ont une opposition « de principe » et ont déjà appelé à la mobilisation, le 21 septembre pour FO, le 24 pour la CGT.

Dès lors c’est l’occasion pour la CFDT, qui avait réalisé une vaste enquête auprès de 120.000 Français à l’automne sur l’avenir des retraites, de retrouver le rôle « constructif » qu’elle revendique pour peser sur les réformes.

Lors des 18 mois de concertation déjà menés par le haut-commissaire à la réforme Jean-Paul Delevoye, « la CFDT a été entendue sur plusieurs points », selon le député Laurent Pietraszewski, un des spécialistes retraites du groupe LREM.

Le rapport maintient par exemple le dispositif carrières longues à laquelle le syndicat tenait « comme à la prunelle de ses yeux ».

Surtout, à la suite de l’avertissement de la CFDT selon lequel cela aurait « tué la réforme », le gouvernement a renoncé à prendre des mesures d’âge dès le budget 2020 de la Sécurité sociale pour aller rapidement vers l’équilibre financier. « C’est comme ça que le syndicalisme pèse », s’est réjoui Laurent Berger.

« Ces ajustements budgétaires n’auraient pas facilité ensuite le débat sur le projet de société », admet M. Pietraszewski.

– Les 64 ans pour tous, « un point rouge » –

Cette écoute post-« grand débat » contraste avec d’autres périodes pendant lesquelles la CFDT a prêché dans le désert, comme lors de la crise des « gilets jaunes », et d’autres dossiers où l’exécutif est passé en force, comme ses réformes du marché du travail.

« J’ai les nerfs », disait encore le 20 juin Laurent Berger sur la réforme de l’assurance chômage qu’il critique avec virulence.

Pour le politologue Dominique Andolfatto, « le gouvernement s’aperçoit, un peu tardivement, qu’il ne peut construire toutes ses réformes en ayant un front syndical, même affaibli, contre lui ».

En outre, les Français sont beaucoup plus sensibles, et donc mobilisables, aux conséquences d’une « réforme lointaine des retraites qu’à une réforme immédiate de l’assurance chômage », note-t-il.

Autre facteur important selon lui, le calendrier, très étalé, « ce qui est plus favorable à une co-construction ».

« Il faut se donner le temps pour faire des transformations profondes », renchérit M. Pietraszewski, qui met en avant aussi « la dynamique d’échanges créée par Jean-Paul Delevoye même avec ceux qui sont réservés et qui n’ont d’ailleurs pas claqué la porte ».

Pour préparer le projet de loi, attendu à la fin de l’année, la concertation reprendra la semaine prochaine. Les syndicats seront à nouveau reçus bilatéralement par le haut-commissaire.

Pour autant, Laurent Berger prévient « qu’on n’est qu’au début du travail: il n’y a pas une réforme, il y a un rapport ».

Parmi les éléments que la CFDT veut voir progresser: « la pénibilité, la retraite progressive, et un minimum de pension à 100% du Smic net » (contre 85% dans le rapport).

Et il reste le « point rouge », celui d’un âge unique de liquidation de la retraite à taux plein à 64 ans, jugé « stupide » par Laurent Berger.

« On aura à entendre la CFDT sur de nombreuses pistes de travail », promet M. Pietraszewski. « Sur les 64 ans, j’entends les réserves », mais ce syndicat « sait comme moi que le niveau de confiance des Français dans leurs retraites est aussi lié à la stabilité financière ».

far/bfa/tes