Réforme du Code du travail: « inacceptable » pour Solidaires, « cohérent » pour la CFE-CGC

PARIS, 5 novembre 2015 (AFP) – La refonte du Code du travail, annoncée mercredi par Manuel Valls, est « inacceptable » pour Solidaires, qui y voit jeudi une réforme « au seul profit des patrons », alors que la CFE-CGC parle d’un « projet cohérent ».

– La CFE-CGC salue « un projet cohérent qui a pour ambition affichée un droit du travail plus accessible, plus protecteur et davantage négocié ». Le syndicat de l’encadrement estime avoir été « particulièrement entendu » sur le rôle des branches, qui devront développer une « offre de service à destination des TPE/PME ». En revanche, il regrette que le gouvernement ne se laisse que « deux mois » pour consulter les syndicats et il met en garde contre « deux écueils »: le fait que la réécriture des règles du temps de travail pourrait être perçue comme un « passage en force » et le « flou quant à la place de la loi » dans le droit du travail. « La CFE-CGC s’opposera à tout recul de la loi dans ce champ », prévient-elle.

– Pour l’union syndicale Solidaires, « les pistes choisies par le gouvernement sont inacceptables » et visent à « simplifier, libérer, sécuriser… au seul profit des entreprises et des patrons ». Elle s’inquiète de la nomination de Robert Badinter à la tête d’une commission chargée de définir les droits fondamentaux du Code du travail. L’ex-Garde des Sceaux de François Mitterrand est « plus connu pour ses compétences en droit pénal qu’en droit social » et « ses derniers écrits n’augurent rien de bon sur les futures conclusions de cette commission à laquelle aucun(e) syndicaliste n’est invité(e) à participer ». Selon Solidaires, le réforme « va tout droit » vers une inversion de la hiérarchie des normes entre la loi et l’accord collectif, contrairement à ce que « prétend le Premier ministre ».

jah/bow/bma