Réforme du code du travail: la CFE-CGC fustige le « grand flou »

PARIS, 28 juin 2017 (AFP) – Le président de la CFE-CGC, François Hommeril, fustige « le grand flou sur les intentions du gouvernement » concernant la réforme du Code du travail, dans Le Parisien-Aujourd’hui en France de mercredi.

« On nous balade un peu », a-t-il estimé à propos de la série de concertations engagée par le ministère du Travail, considérant que « c’est le plus grand flou sur les intentions du gouvernement ».

« Va-t-il franchir les limites à ne pas dépasser, listées unanimement par les syndicats? », s’est-il interrogé, évoquant la fusion des instances représentatives du personnel et « tout le reste de cette réforme ».

Peu habitué à manifester, le syndicat des cadres n’exclut pas de se mobiliser une fois les discussions terminées. « Tant qu’on est dans la concertation, on tente de peser. Le jour où cela sera fini, nous prendrons nos responsabilités », a averti M. Hommeril qui pointe « un sentiment de malaise (…) en train d’émerger ».

Selon lui, le lien entre le chômage et « la prétendue complexité du Code du travail » est « un fantasme total ».

« Depuis 1986, il y a eu dix-sept réformes du marché du travail. Beaucoup ont assoupli le Code du travail et facilité le licenciement », a-t-il expliqué, regrettant que la ministre du Travail Muriel Pénicaud ait « eu le cerveau lavé par (s)es trois ans (…) chez Business France ».

La CFE-CGC, comme les autres syndicats, réclame le texte des ordonnances pour pouvoir discuter: « Dans une négociation, il y a un texte », a fait valoir M. Hommeril.

Le projet de loi d’habilitation sera dévoilé mercredi après-midi par Mme Pénicaud, mais les ordonnances ne le seront qu’à la fin de l’été, une fois la concertation avec les partenaires sociaux terminée.

La CGT, elle, a d’ores et déjà appelé à « une journée d’action et de grève dans toutes les entreprises et services » le 12 septembre.

ktr/cel/pad/mcj