Réforme du temps de travail à l’AP-HP: les syndicats s’inquiètent de sa mise en place

PARIS, 12 avril 2016 (AFP) – L’intersyndicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a fait part de son inquiétude mardi à l’approche de la mise en place en septembre de la réforme du temps de travail visant les agents de l’institution.

« La vraie vie va s’imposer en septembre et les services vont être dans l’impossibilité d’appliquer la réforme. Ca va être tendu », a prédit Thierry Amouroux, représentant CFE-CGC, lors d’une conférence de presse organisée par la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l’Unsa.

« Il y a beaucoup de familles monoparentales qui vont avoir des problèmes de garde d’enfants avec les alternances entre horaires du matin et de l’après-midi », poursuit-il.

Une réorganisation du temps de travail, combattue depuis près d’un an par les syndicats, doit entrer en vigueur à la rentrée. La réforme, qui vise les 75.000 agents de l’institution, repose sur des suppressions de RTT avec notamment des temps de travail modifiés, et la fin des équipes fixes du matin et de l’après-midi.

Depuis le 1er avril les journées dites « protocoles » (Fête des mères, formation…) propres à l’institution ont également été supprimées.

« La direction compte sur l’encadrement pour imposer sa réforme. Elle met la pression sur les chefs de service pour qu’ils appliquent les changements horaires dans leur équipe à la rentrée », dénonce également l’intersyndicale déplorant « un passage en force ».

Le 30 mars, la réforme a obtenu l’accord de la CFDT lors de son ultime présentation en comité technique d’établissement. Les élus Usap-CGT, FO et Sud Santé ont quitté l’instance sans donner d’avis, « faute de réponse de la direction » à leur demande d’explications, notamment sur « les prévisions d’emploi » après la réorganisation.

est/cel/LyS