Rémunération des fonctionnaires: Girardin défend une hausse générale

PARIS, 10 mars 2016 (AFP) – La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a défendu jeudi une « augmentation générale » de la rémunération des fonctionnaires, à une semaine du rendez-vous salarial avec les organisations syndicales tout en précisant que rien n’était acté pour l’instant.

« Il y a, à un moment, besoin de reconnaissance », a-t-elle dit lors d’une rencontre informelle avec la presse, en évoquant « l’effort des fonctionnaires » dans le redressement des finances publiques. Cet effort est estimé à sept milliards d’euros, du fait du gel depuis 2010 du point d’indice qui sert au calcul de leur rémunération.

Les organisations syndicales de la fonction publique réclament une revalorisation « significative » du point d’indice – jusqu’à 8% pour FO qui réclame le rattrapage immédiat de cinq années de perte de pouvoir d’achat – et menacent d’une nouvelle grève le 22 mars. Ils ont rendez-vous le 17 mars avec la ministre.

Cette négociation salariale, prévue par le protocole sur les parcours, les carrières et les rémunérations des agents (PPCR), et qui devait se tenir en février, a pris un peu de retard pour cause de remaniement. Le PPCR l’assortissait de conditions liées aux indicateurs économiques « qui ne vont pas justifier un dégel du point », a observé Mme Girardin.

Mais, « à l’effort global » des fonctionnaires, la ministre souhaite « une réponse globale ».

« Il est temps de le faire (…) Je plaide pour que la plus grande partie soit une augmentation générale », a-t-elle répondu à une question sur les modalités d’une éventuelle revalorisation salariale.

Elle a cependant souligné qu’aucune décision n’était à ce stade « actée » et que le contexte social, au lendemain de la première mobilisation nationale contre le projet de loi sur le droit du travail, « oblige à une cohérence dans les arbitrages ».

sp-ls/db/rg