Rémunération des fonctionnaires: le chantier de concertation ouvert

PARIS, 28 mai 2018 (AFP) – Le troisième chantier de concertation entre syndicats et gouvernement s’est ouvert lundi à Bercy, notamment sur la rémunération « au mérite » des fonctionnaires, que l’exécutif souhaite élargir.

« Nous voulons individualiser les rémunérations », avait déclaré lundi matin le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt sur CNews, rappelant une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. « Je préfère parler d’engagement, d’implication » que de mérite, a-t-il toutefois précisé.

Selon le document cadre de cette concertation, lancée en février par le Premier ministre, il s’agit de « mieux distinguer les éléments contribuant à la sécurisation du pouvoir d’achat des agents » et « ceux visant à la reconnaissance des mérites, notamment dans la manière de rendre le service public ».

Si des systèmes de rémunération au mérite sont déjà possibles dans la fonction publique, ils sont peu mis en oeuvre.

« Vous dire ce que précisément le gouvernement veut mettre en place, on le subodore, mais ce matin ça n’a pas été très limpide », a commenté auprès de l’AFP Jean-Marc Canon (CGT, 1er syndicat représentatif) à l’issue de cette première réunion.

« Qu’on réfléchisse ensemble à de nouvelles méthodes pour reconnaître les agents qui rendent le service public de manière plus efficace, plus investie, on est prêt à en débattre, mais pas dans le cadre d’un salaire au mérite qui passe par l’accroissement du régime indemnitaire », a-t-il poursuivi.

La rémunération des fonctionnaires est constituée d’une part fixe (le « traitement », indexé sur le point d’indice) qui progresse en fonction de l’ancienneté, et d’une part variable composée d’indemnités et de primes (le régime indemnitaire).

Les primes — qui ne sont intégrées que pour partie dans le calcul de la retraite — représentaient en moyenne 22,6% de la rémunération des fonctionnaires des trois versants (Etat, hospitalier et territorial) en 2015, selon un document présenté lundi.

« Il a beaucoup été question des collectifs de travail », s’est réjouie Mylène Jacquot pour la CFDT (2e), qui plaide pour des primes collectives mais combattra « une individualisation croissante des rémunérations ».

« Lorsque vous êtes hospitalisé et que vous êtes pris en charge par une équipe médicale, comment est-ce qu’on fait pour dire qu’une infirmière a été plus méritante ? C’est une équipe, c’est un collectif », avait déclaré Olivier Dussopt sur CNews.

Trois autres réunions de travail sur le sujet sont prévues, de fin juin à septembre.

En mars, 54% des fonctionnaires se prononçaient contre la rémunération au mérite, selon un baromètre Odoxa.

la/cel/mm/ide