Renault: levée de la grève à Choisy à la veille d’une manifestation

PARIS, 5 juin 2020 (AFP) – La grève débutée mardi dans l’usine Renault de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), que le groupe veut fermer à l’horizon 2022, a été levée vendredi à la veille d’une manifestation dans la ville pour la sauvegarde du site, a-t-on appris de sources syndicales.

Lors d’une assemblée générale, l’intersyndicale FO, CFE-CGC, CFDT et CGT a « appelé à lever le blocus » de l’usine et « nous avons été suivis par les salariés », a indiqué à l’AFP Stéphane Maillet de la CFE-CGC.

« On a décidé de lever le piquet de grève et de laisser passer les camions mais le mouvement ne s’arrête pas là. On est prêt à rebloquer le site. On envisage aussi d’autres moyens de montrer notre mécontentement » comme « des mouvements citoyens, des débrayages pour aller nettoyer un parc par exemple », a précisé Filipé Capitao-Rebelo-da-Silva de la CGT.

« L’activité reprend » mais les quelque 260 salariés sont « psychologiquement » éprouvés, « ça va être compliqué », s’est inquiété Kader El Arguioui de la CFDT.

Des représentants de la direction générale ont rencontré l’intersyndicale dans l’usine, jeudi et vendredi: « c’était ce qu’on avait demandé », a souligné M. Maillet, en relevant l’importance de « la venue de hauts dirigeants de Renault dans un site occupé ».

Le président du groupe, Jean-Dominique Senard, « va lui aussi venir sur place, à une date pas encore fixée », a déclaré M. Capitao-Rebelo-da-Silva. « Il a redit hier (jeudi) qu’il viendrait nous voir », a relevé M. Maillet. Mais « cela ne sert à rien qu’il vienne si c’est pour nous dire la même chose », a jugé M. El Arguioui.

En présentant la semaine dernière un plan de 2 milliards d’euros d’économies à réaliser sur trois ans, M. Senard avait annoncé que l’usine de Choisy-le-Roi serait le « seul site » fermé « à l’horizon 2022, sur (les) 14 sites industriels en France » de Renault.

L’activité de cette usine, spécialisée dans la rénovation et le reconditionnement de moteurs et boîtes de vitesses, doit être transférée dans celle de Flins (Yvelines) à environ 60 km de Choisy-le-Roi.

Lors des rendez-vous de l’intersyndicale avec des représentants du groupe, jeudi et vendredi à Choisy-le-Roi, ces dirigeants n’ont pas donné de détails sur le projet en avançant l’obligation de ne pas commettre « de délit d’entrave tant que le dossier n’est pas passé devant le comité économique et social » (CSE), a souligné M. Capitao-Rebelo-da-Silva.

Le plan d’économies doit être présenté le 16 juin au CSE central, selon les syndicats.

er/lum/ach