Report du plan pauvreté: les associations réclament une « stratégie ambitieuse »

PARIS, 8 juillet 2018 (AFP) – « La pauvreté n’attend pas », ont averti dimanche des associations de lutte contre l’exclusion, espérant que le report du plan pauvreté à la rentrée par le gouvernement serve « à proposer une stratégie ambitieuse visant à ne laisser personne de côté ».

Ce report du plan pauvreté, issu d’une concertation lancée en grande pompe fin 2017, a suscité la déception d’associations et des critiques sur la « communication désastreuse » du gouvernement. Son entrée en vigueur reste toutefois prévue pour le 1er janvier 2019.

Dans un communiqué, les associations réunies au sein du collectif Alerte – notamment la Fédération des acteurs de la solidarité, la Fondation Abbé Pierre et le Secours catholique – ont dit espérer désormais « que ce délai permettra d’aboutir à une stratégie à la hauteur des besoins des 9 millions de personnes vivant aujourd’hui sous le seuil de pauvreté ».

Elles attendent des mesures sur des « aides monétaires simplifiées et revalorisées », « un accompagnement social et professionnel renforcé et des opportunités d’emploi et de logement ».

Cette stratégie « ne devra pas oublier certains publics très fragilisés tels que les jeunes de moins de 25 ans, les jeunes sortants de l’aide sociale à l’enfance, les mineurs non accompagnés, les personnes à la rue mais également les chômeurs de longue durée », prévient le collectif Alerte.

Emmanuel Macron recevra le 17 juillet les dirigeants syndicaux et patronaux afin de discuter des mesures de « transformation sociale » envisagées pour la rentrée, dont le plan pauvreté.

ito/tmo/cam