Restructuration à Airbus: « aller vite » et privilégier les départs volontaires (DRH)

TOULOUSE, 1 juillet 2020 (AFP) – Le DRH d’Airbus a affirmé mercredi à Toulouse la nécessité « d’aller vite » dans la mise en oeuvre du plan de restructuration du groupe qui prévoit environ 15.000 suppressions de postes, sans exclure totalement des licenciements.

Au vu de la « difficulté de cette situation », il faut « aller vite mais en restant socialement responsable et humainement responsable », a affirmé Thierry Baril, le directeur général des ressources humaines d’Airbus lors d’un point presse à Blagnac.

Il a affirmé la volonté du groupe d’achever « d’ici la fin octobre » les procédures d’informations consultations sur tous les sites européens.

« Et pendant ce délai, on va commencer d’appeler les salariés d’Airbus à réfléchir à un éventuel souhait de quitter l’entreprise au travers de mesures de volontariat », a souligné le DRH.

Interrogé sur la perspective de licenciements, M. Baril a estimé qu’il « ne serait pas responsable » de l’exclure. Ce serait « à la fin des fins, après tous les efforts que nous aurons faits », a-t-il indiqué.

Mardi à l’annonce du plan de restructuration, les syndicats ont affirmé leur refus de tout licenciement sec. Les négociations avec les syndicats seront entamées dès jeudi, a précisé M. Baril.

« Les lignes rouges de l’organisation syndicale, elles sont très claires: pas de mesures de licenciements contraints », avait notamment indiqué pour FO, premier syndicat d’Airbus, le délégué syndical central, Jean-François Knepper.

hj/cab/eb