Retraite: avec des « mesures d’âge » à court terme, « la réforme est morte » (Berger)

PARIS, 2 juillet 2019 (AFP) – Si le gouvernement met en place des « mesures d’âge » sur les retraites avant la grande réforme promise par Emmanuel Macron, alors « la réforme est morte », a mis en garde mardi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

L’idée de toucher à court terme aux paramètres de départ à la retraite, pour allonger la durée du travail avant la grande réforme censée instaurer un système universel par points, « serait une profonde erreur », a dit M. Berger sur LCI.

Jusqu’à présent, « toutes les phases de (la) concertation » menée par le haut-commissaire chargé du dossier, Jean-Paul Delevoye, « ont été basées sur la confiance ». Or ce dernier et la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, ont dit « qu’il n’y aurait aucun élément financier, aucun élément d’augmentation de la durée du travail par quelque mécanisme que ce soit », a martelé le responsable syndical.

« La parole publique c’est important », a encore commenté M. Berger, pour qui « si le gouvernement le fait, il y aura le sentiment d’avoir été floués ».

Si tel est le cas, « on se battra contre ces mesures d’âge, et les éléments de confiance nécessaires pour bâtir » la réforme « ne seront plus au rendez-vous », a dit M. Berger.

Emmanuel Macron a récemment plaidé pour « un système de décote qui incite à travailler davantage », son Premier ministre Edouard Philippe annonçant de son côté la définition prochaine d’un « âge d’équilibre » au-delà de l’âge légal.

Parmi les options à l’étude sont évoquées un allongement de la durée de cotisation à 43 ans dès 2025 ou l’instauration d’un bonus-malus autour de 64 ans.

Le gouvernement n’a toutefois pas confirmé ces pistes ni leur possible mise en oeuvre dès le prochain budget de la Sécu pour 2020.

ab-gbh/bfa/sp