Retraite: les Français aspirent à « plus de liberté », selon la CFDT

PARIS, 18 octobre 2018 (AFP) – Trois Français sur quatre jugent « important de pouvoir choisir le moment de leur départ à la retraite », selon une vaste enquête en ligne auprès de 120.000 personnes, dont la CFDT a présenté jeudi les premiers résultats.

Alors que la concertation sur la future réforme des retraites a repris la semaine dernière, la CFDT met en avant les « aspirations individuelles à plus de liberté » que révèle son étude, en particulier sur l’épineux sujet de l’âge de départ.

Si la plupart des répondants (61%) l’envisagent « dès qu’ils auront une retraite complète », d’autres « préfèreraient partir plus tôt avec moins d’argent » (22%) ou à l’inverse « plus tard avec plus d’argent » (17%).

Parmi les actifs, une majorité (62%) souhaiterait « bénéficier d’un aménagement (du) temps de travail » en fin de carrière. Passé 40 ans, un sur quatre (24%) songe à un cumul emploi-retraite.

En dehors de ces choix personnels, les Français plébiscitent (94%) l’idée « que ceux qui ont commencé à travailler jeunes puissent partir plus tôt à la retraite ».

Et deux sur trois (68%) considèrent que le système actuel « prend insuffisamment en compte la pénibilité » des métiers.

Ces résultats confortent les positions de la CFDT, qui a également publié jeudi un « manifeste pour les retraites » comprenant la liste de ses revendications.

Le syndicat demande notamment « le maintien du dispositif des carrières longues », qui permet de partir à la retraite avant l’âge légal. « On y tient comme à la prunelle de nos yeux », a déclaré Laurent Berger lors d’une conférence de presse.

Il est en revanche « hors de question, sous quelque forme que ce soit, de repousser » l’âge légal de départ, aujourd’hui fixé à 62 ans. « Ça ne règlerait pas le problème, mais ça en créerait beaucoup avec nous », a-t-il prévenu.

La CFDT veut aussi « rouvrir le débat sur la pénibilité » pour renforcer ce « droit à partir plus tôt en retraite » et faire en sorte que « les agents publics puissent bénéficier de cette disposition », a ajouté M. Berger.

gbh/cel/shu