Retraites: Berger approuve le préavis de grève de la CFDT-Cheminots « pour peser »

PARIS, 21 novembre 2019 (AFP) – La décision de la CFDT-Cheminots de déposer un préavis de grève contre la réforme des retraites à partir du 5 décembre a été prise « en totale cohérence » avec la centrale syndicale, a déclaré jeudi son dirigeant Laurent Berger, qui a justifié ce choix « pour peser dans le rapport de force ».

La CFDT-Cheminots a annoncé jeudi matin son intention de déposer un préavis de grève reconductible, à l’issue d’une réunion infructueuse avec le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye et le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Le quatrième syndicat de la SNCF suit ainsi la voie tracée par la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD-Rail, qui ont lancé lundi un appel unitaire à cesser le travail à compter du 5 décembre.

« C’est fait en totale cohérence avec la confédération », a déclaré M. Berger lors d’une conférence de presse, assumant cette tactique « pour peser dans les discussions encore en cours ».

L’objectif pour la CFDT-Cheminots est de « peser dans le rapport de force qui est le sien aujourd’hui pour faire entendre son exigence sur le maintien des droits acquis », a-t-il ajouté.

Avec l’Unsa ferroviaire, le syndicat défend notamment le maintien du régime spécial pour tous les salariés actuels et l’application de la réforme aux seuls futurs embauchés.

Un scénario appelé « clause du grand-père » déjà utilisé dans la réforme ferroviaire de 2018, qui a supprimé les recrutements au statut de cheminot à partir du 1er janvier 2020, a rappelé M. Berger, estimant que « le gouvernement est pris lui-même dans sa contradiction ».

Plus généralement, « il est grand temps aujourd’hui que le gouvernement sorte de l’ambiguïté et dise le sens de la réforme qu’il veut mener (…) Veut-il une réforme budgétaire ou une réforme de justice sociale ? », a-t-il insisté.

La CFDT n’envisage toutefois pas de se joindre au niveau confédéral au mouvement du 5 décembre, car elle « veut une réforme systémique des retraites » qui « se concentre sur davantage de justice et d’égalité », a-t-il souligné.

ac-gbh/cel/sl