Retraites: Berger (CFDT) dénonce des « attaques » à l’égard de son syndicat

PARIS, 16 janvier 2020 (AFP) – Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a dénoncé jeudi matin sur franceinfo des « attaques » visant son syndicat ou le visant personnellement, jurant qu’il ne se « laisserai(t) pas faire », dans le contexte de la réforme des retraites.

« En ce moment, on a des locaux dégradés, (et) tournent des propos extrêmement dégradants à mon égard ou à l’égard d’autres militants CFDT », a dénoncé M. Berger sans donner de précisions sur la source de ces attaques.

Il y a « des propos homophobes que je ne supporte plus, il y a tout un tas d’attaques, on raconte tout un tas de bêtises », a-t-il dit.

Face à ces attaques, « je ne me laisserai pas faire », a poursuivi M. Berger, soulignant que de son côté, « la CFDT n’a attaqué personne ». Interrogé pour savoir s’il avait reçu des menaces, il a répondu: « je n’ai pas envie d’en parler ».

Les syndicats sont divisés concernant la réforme des retraites, entre l’intersyndicale CGT-FO-CFE-CGC-FSU-Solidaires qui mène la fronde contre le projet de loi du gouvernement avec grèves et manifestations depuis 43 jours, et les syndicats dits « réformistes » (CFDT, CFTC et Unsa) qui se sont engagés à discuter avec l’exécutif des moyens de ramener le régime à l’équilibre en 2027 en échange du retrait de l’âge pivot dès 2022 assorti d’un bonus-malus.

dec-cel/ls/shu