Retraites: FO veut qu’Edouard Philippe publie son projet

PARIS, 29 mars 2019 (AFP) – Le Comité confédéral national (CCN) de Force Ouvrière -son parlement- a chargé le bureau confédéral de demander à Édouard Philippe de publier son projet de réforme des retraites alors que le haut commissaire à cette réforme Jean-Paul Delevoye n’a pas encore dévoilé ses propositions.

Réuni jeudi, le CCN a mandaté « le bureau confédéral pour exiger du Premier ministre qu’il mette fin à la concertation, publie son projet et entende les revendications de la confédération », selon la résolution que s’est procurée l’AFP vendredi.

« Si le gouvernement refuse, la Confédération quittera les concertations », prévient-elle.

« FO ne sera la caution d’aucune remise en cause des droits à la retraite », poursuit la résolution, affirmant qu’elle « n’est nullement dupe de l’opération dite de concertation engagée par le gouvernement pour tenter d’associer les organisations syndicales à son projet ».

FO est opposée à un régime universel « par points », qui selon elle « remet en cause les régimes particuliers, le calcul des droits à pensions sur les annuités et les meilleures années de la carrière » et ouvre « la porte à un régime a minima et à la capitalisation individuelle pour ceux qui en auront les moyens ».

Elle rejette « toute tentative du gouvernement de reculer encore l’âge de départ à la retraite » et « dénonce et rejette toute volonté du gouvernement d’allonger la durée d’activité ou d’inciter à retarder l’âge de départ, soi-disant pour financer la dépendance ». Ce risque « doit être pris en charge par la sécurité sociale et financé par une cotisation sur l’ensemble des revenus, y compris ceux de capitaux ».

Édouard Philippe a assuré que la future réforme des retraites ne toucherait pas à l’âge légal de départ, fixé à 62 ans, tout en se disant ouvert à l’idée de « travailler plus longtemps » pour financer la prise en charge des personnes âgées en situation de dépendance.

Sa ministre de la Santé Agnès Buzyn a dit ne « pas » être « hostile » à l’idée de retarder l’âge de départ en retraite, n’excluant pas de « proposer un allongement de la durée de travail ». Mais face à la polémique née de ces propos, elle a assuré qu' »aucune modification de l’âge minimal de départ à la retraite n’est envisagée, ni sur la table des négociations que pilote » M. Delevoye.

Ce dernier a assuré que l’âge légal de départ « reste(rait) fixé à 62 ans » dans le cadre du système « universel » voulu par Emmanuel Macron.

jlp/bow/or