Retraites: le Medef appelle la CFDT à « saisir la main qui a été tendue »

PARIS, 12 décembre 2019 (AFP) – Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé jeudi sur France Inter le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger à « saisir la main qui a été tendue » par le Premier ministre Edouard Philippe sur la réforme des retraites.

Face à une grève des transports publics entrée dans sa deuxième semaine, M. Roux de Bézieux en « appelle un peu à la raison ».

« On a des milliers de salariés qui sont empêchés de travailler, on a des commerçants, des hôteliers » qui sont affectés, a relevé le président de la première organisation patronale française, pour lequel « on ne peut pas jouer la politique du pire ».

« Il y a des syndicats réformistes, on doit pouvoir trouver une solution », a-t-il martelé en mentionnant aussi la CTFC et l’Unsa.

A défaut de compromis, M. Roux de Bézieux mise sur un effritement du mouvement. « On voit quand même jour après jour une diminution progressive du nombre de manifestants et du nombre de grévistes », a-t-il encore déclaré.

M. Berger, qui soutient le principe d’une retraite universelle par points, a estimé qu’une « ligne rouge a été franchie » avec l’instauration d’un âge pivot à 64 ans en dessous duquel les salariés subiront une décote de leur pension de retraite.

Le Medef juge au contraire que le projet de réforme constitue un « bon équilibre ».

Sur l’emploi des seniors, M. Roux de Bézieux a assuré que « si l’âge pivot est instauré, on sera au rendez-vous » en gardant les salariés plus longtemps dans les entreprises. « On fera des efforts sur les temps partiels, car il y a des métiers où on ne peut pas continuer éternellement », a-t-il ajouté.

boc/vac/spi