Retraites: les avocats votent la poursuite de leur mouvement

 PARIS, 25 janvier 2020 (AFP) – Le Conseil national des barreaux (CNB) a voté à l’unanimité la poursuite du mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites, lors d’une assemblée générale samedi, a-t-il annoncé dans un communiqué.

Le CNB, qui représente les 70.000 avocats français, avait auparavant déploré n’avoir eu « aucune nouvelle proposition » lors de sa rencontre jeudi soir avec le Premier ministre, Edouard Philippe, à la veille de la présentation des projets de loi retraite en Conseil des ministres.

La présidente du CNB, Christiane Feral-Schuhl, a souligné samedi auprès de l’AFP qu’un « élément qui change la donne » était l’avis rendu par le Conseil d’Etat sur la réforme.

Saisie le 3 janvier, la plus haute juridiction administrative française a critiqué vendredi le choix de recourir à 29 ordonnances, ce qui « fait perdre la visibilité d’ensemble » et a pointé des projections financières « lacunaires ».

« Un certain nombre d’alertes que nous avions formulées apparaissent dans ce que dit le Conseil d’Etat. On ne s’était pas trompé, on a eu raison de se mobiliser », a poursuivi Mme Feral-Schuhl.

Le Conseil national des barreaux a appelé tous les avocats de France à participer à une manifestation nationale à Paris lundi 3 février avec le collectif SOS retraites, qui regroupe une grande majorité de professions libérales. Ce jour-là doivent débuter les travaux parlementaires sur ces textes.

D’ici là, des représentants de la profession doivent rencontrer à nouveau M. Philippe dimanche 2 février et prendre part cette semaine à des réunions techniques avec les services du gouvernement.

Vendredi matin, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a redit que « tous les Français doivent intégrer » le régime universel: « Et donc les avocats aussi, or ils ne souhaitent pas l’intégrer mais pour nous ce n’est pas négociable ».

« J’entends les inquiétudes notamment par rapport à la hausse des cotisations et de la baisse des pensions », a-t-elle expliqué sur Public Sénat, en promettant une nouvelle fois qu' »une baisse des cotisations hors retraite compensera cette hausse ».

mch/epe/nm