Retraites: les comptables veulent conserver leur régime autonome

PARIS, 31 janvier 2020 (AFP) – Les représentants des experts-comptables et commissaires aux comptes se sont déclarés opposés à la suppression de leur régime autonome de retraite complémentaire et contestent les projections de l’étude d’impact présentée par le gouvernement.

« Le nouveau système fera que nous cotiserons plus pour gagner moins », a déclaré Frédéric Rogier, le président de la Caisse d’assurance vieillesse des experts-comptables et des commissaires aux comptes (Cavec), lors d’une conférence de presse vendredi.

« L’ensemble des institutions signataires maintiennent leur forte opposition aux textes proposés dans leur forme actuelle », a ajouté la Cavec dans un communiqué.

Le projet de réforme prévoit notamment qu’à partir de 2025, les générations de la profession nées à partir de 1975 quittent le régime complémentaire, causant une perte évaluée entre 6.000 et 7.000 cotisants sur une population de 20.000.

« Une perte qui menace l’équilibre financier du régime complémentaire pour les cotisants nés avant 1975 », a ajouté Michel Giordano, administrateur et conseiller de la Cavec.

Les experts-comptables souhaitent limiter l’application du régime universel au premier plafond annuel de la Sécurité Sociale de 40.000 euros de revenus et conserver leur régime complémentaire autonome au-delà.

« L’indexation du point sur les salaires et non sur l’inflation est une erreur », a ajouté Michel Giordano, qui « souscrit » à l’avis du conseil d’Etat et conteste les projections financières « lacunaires » de l’étude d’impact de la réforme. Selon les calculs de la Cavec, le montant des pensions diminuerait de 74% avec le passage au régime universel.

Mettant en avant une « gestion exemplaire et responsable » de son régime spécifique, la profession souhaite également conserver les 1,7 milliard d’euros de réserves de sa caisse autonome.

Les représentants de la Cavec se sont prononcés pour une « concertation enfin effective » afin de faire évoluer le texte.

Mais d’autres voix se font entendre dans la profession pour une opposition plus directe. Lundi, le président de l’Ordre des experts-comptables en région PACA, Lionel Canesi, avait demandé à ses adhérents de « refuser la mission d’établissement des comptes de campagne » en vue des municipales.

str/tq/eb