Retraites: Martinez (CGT) veut que l’exécutif remette « les compteurs à zéro »

PARIS, 6 décembre 2019 (AFP) – Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a plaidé vendredi pour que l’exécutif remette « les compteurs à zéro » en retirant son projet de système « universel » de retraite par points, « qui va accroître la pauvreté dans le pays ».

Edouard Philippe « devrait intervenir pour dire +on a entendu la colère de ce pays, on remet les compteurs à zéro, on retire notre projet+, et on retravaille. En France nous avons le meilleur système de retraite au monde », a estimé le leader sur LCI, au lendemain d’une mobilisation massive dans toute la France, notamment à l’appel de son syndicat.

« Il faut retirer ce texte qui va individualiser le système de retraite, qui va accroître la pauvreté dans ce pays », a-t-il ajouté.

« Si on veut réduire les inégalités de pension entre les femmes et les hommes il ne faut pas changer le système de retraite, il faut les payer comme les hommes pendant qu’elles travaillent, il faut supprimer l’écart de salaire entre femmes et hommes », a plaidé le secrétaire général.

« Si on veut prendre en compte la précarité y compris pour les femmes qui subissent le temps partiel pour 80% d’entre elles, prenons les 10 meilleures années de (cotisation) », a-t-il ajouté, soulignant que « le système actuel est bon et qu’il faut l’améliorer ».

Jeudi, 806.000 personnes selon l’Intérieur, 1,5 million pour la CGT, ont manifesté dans toute la France, avec des grèves dans le privé comme dans le public, notamment dans les transports, qui se poursuivent ce vendredi.

« On sait que même réussie, une journée ne suffit pas », a de son côté réagi Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière, sur France Inter.

Une intersyndicale est en cours au siège de Force ouvrière à Paris entre les organisateurs de la journée de jeudi (CGT, FO, FSU, Solidaires et des mouvements de jeunesse), mais aussi en présence de la CFE-CGC, pour décider de la suite du mouvement.

« Je pense qu’il est important qu’on conforte la nécessité que l’on continue cette mobilisation, mais pas en attendant une prochaine journée, dès maintenant. Il y aura d’ailleurs des manifestations aujourd’hui, d’autres prévues samedi, lundi », a précisé M. Veyrier.

« Ce qui est important, c’est que lundi la mobilisation soit maintenue, y compris dans la grève, parce que l’expérience l’a montré par le passé, ça ne suffirait pas de se donner quelques rendez-vous », a-t-il ajouté.

ab-bow/bfa/cto