Retraites: Philippe invite les partenaires sociaux à « faire encore évoluer le projet de loi »

PARIS, 1 mars 2020 (AFP) – Edouard Philippe invite les partenaires sociaux à faire « encore évoluer le texte du projet de loi » sur la réforme des retraites, notamment sur la pénibilité, et indique qu’il prendra sinon ses « responsabilités », dans un courrier envoyé après le recours samedi à l’article 49-3 de la Constitution.

« La fin des débats en première lecture à l’Assemblée nationale ne constitue pas un aboutissement. Nous pouvons, nous devons, faire encore évoluer le texte du projet de loi », écrit le Premier ministre dans cette lettre aux partenaires sociaux.

Pour le Premier ministre, ces évolutions doivent désormais intervenir dans le cadre de « la conférence sur l’équilibre et le financement du système de retraite ». Celle-ci doit « proposer d’ici la fin du mois d’avril, et donc avant la seconde lecture, des mesures permettant d’assurer l’équilibre du système des retraites à l’horizon 2027 », rappelle-t-il.

« Beaucoup de partenaires sociaux estiment que ces mesures, et notamment celles consistant à demander aux Français de travailler plus longtemps, ne seront considérées comme justes que si elles sont accompagnées de dispositifs prenant en compte la pénibilité de certaines situations de travail. Il nous faut en effet construire un système plus individualisé et tenant davantage compte de la diversité des carrières », ajoute-t-il.

« Si la conférence trouve un accord sur ces sujets, le gouvernement le reprendra dans la loi. A défaut, je prendrai mes responsabilités, aussi bien en matière de retour à l’équilibre que de pénibilité », assure le Premier ministre.

La « réparation » de la pénibilité, c’est-à-dire la possibilité de départs anticipés à la retraite pour davantage de travailleurs qu’actuellement, est « la demande prioritaire » de la CFDT, qui dénonce sur ce point « l’obstruction du Medef ».

Le Premier ministre se dit aussi prêt à « renforcer le rôle des partenaires sociaux dans la gouvernance du futur système universel » tout en soulignant que cela serait « d’autant plus justifié » si la conférence de financement était un succès.

Enfin, il liste également les « avancées » retenues par amendements lors de la première lecture.

« Ces avancées portent notamment sur le renforcement du compte professionnel de prévention, la prévention de la pénibilité dans les branches professionnelles, l’amélioration du recours au dispositif d’incapacité professionnelle, le développement de la retraite progressive et du compte épargne temps », écrit-il.

« Elles rendent également plus protectrices les modalités de calcul des droits acquis avant 2025 », ajoute le Premier ministre, selon qui le texte reprend aussi des améliorations sur « les droits à retraite pour les personnes handicapées, pour les jeunes, pour les femmes, pour les familles ».

far/bfa/spi