Retraites: plus de 300.000 manifestants hors Paris, selon les chiffres provisoires des autorités

PARIS, 9 janvier 2020 (AFP) – Plus de 300.000 personnes ont manifesté jeudi contre la réforme des retraites dans plus de 90 villes, hors Paris, selon un décompte provisoire de l’AFP réalisé à partir des chiffres communiqués par la police ou les préfectures.

A Paris, 370.000 personnes ont manifesté selon la CGT, 44.000 d’après le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias, dont l’AFP. La préfecture de police n’avait pas communiqué de chiffre en début de soirée.

Quasiment toutes les villes s’inscrivaient en deçà de la jauge de la première journée de manifestations, le 5 décembre. Les cortèges avaient alors rassemblé 806.000 personnes dans toute la France, Paris compris, selon le ministère de l’Intérieur.

De leur côté, les syndicats revendiquaient près de 1,3 million manifestants dans 65 cortèges – y compris Paris – jeudi, 4e journée de manifestations et de grèves interprofessionnelles contre le projet de système « universel » de retraite.

Ils étaient 22.000 à Marseille, 14.000 à Toulouse, 11.000 à Lyon, 10.000 à Bordeaux, 6.000 à Lille selon la police, soit moins que le 17 décembre et que le 5 décembre.

Dans l’Ouest, assez mobilisé, Nantes a rassemblé 8.400 personnes (contre 14.000 le 17 décembre, 9.000 le 10 décembre et 19.000 le 5 décembre), toujours d’après les autorités.

Des milliers de personnes ont également marché dans les rues de Caen (7.500), Rouen (7.400), Béziers (6.500), Clermont-Ferrand et Poitiers (6.000), Tours (5.600), Metz (5.300), Le Havre (5.500), Grenoble (5.400), Pau et Brest (5.200), Bayonne, Rodez, Albi et Amiens (5.000), Nancy et Saint-Etienne (4.500), Valence (4.200), Le Mans (4.100), Limoges La Rochelle et Dijon (4.000), Perpignan (3.800), Strasbourg (3.700), Besançon, Saint-Brieuc, Avignon (3.500), Chambéry et Nîmes (3.500), Orléans (3.100), Quimper (3.000) Saint-Nazaire, Périgueux, Angoulême (3.000), Lorient (2.900), Alès (2.500), Châteauroux et Niort (2.300) Carcassonne (2.200), Brive (2.100), Blois (2.000), Agen (1.700), Auch (1.500) Digne (1.400) , Guéret (1.400), Tulle (1.000), Bastia (800), Vesoul (400)…

A Nantes, quelques « gilets jaunes » étaient dans le cortège. A Bordeaux, ils étaient en tête de la manifestation. A Montpellier, un millier d’entre eux défilaient parmi 7.100 personnes.

A Lyon, quelque 150 à 200 avocats en grève s’étaient joints au cortège, en robe. « Beaucoup de cabinets risquent de mettre la clé sous la porte avec cette réforme », a lancé Me Kevin Chapuis, avocat depuis sept ans et à con compte depuis 2018.

Une douzaine d’avocats ont symboliquement donné leur sang en fin de matinée au stadium d’Agen, où était organisée une collecte de l’Etablissement français du sang. « Quitte à être saignés par cette réforme autant que ça serve à quelque chose », a indiqué Me Laurent Bruneau, du Syndicat des avocats de France.

« Ils devraient faire attention. Y’a pas que le peuple d’en bas qui en a assez mais aussi les électeurs de Macron et des bourgeois. Je suis châtelaine, ancienne sportive de haut niveau, je paie beaucoup d’impôts et c’est normal mais où va cet argent? », a lancé Joëlle Cartaux, 68 ans, ancienne championne de France de patinage artistique, dans le défilé de Grenoble.

A Rennes (6.000 personnes), une forte délégation de pompiers était présente, maniant sirènes et fumigènes. Ils étaient aussi en nombre, dans le cadre d’un rassemblement national, à La Rochelle, venus de départements voisins mais aussi de l’Aude ou du Morbihan.

bur-dec/bfa/map