Ryanair: accord de principe avec les pilotes allemands

BERLIN, 4 décembre 2018 (AFP) – Les pilotes allemands de Ryanair, particulièrement virulents dans le conflit social qui les oppose à la compagnie aérienne irlandaise, ont annoncé à leur tour mardi la signature d’un accord partiel mettant fin à des mois de bras de fer.

Dans la foulée d’accords similaires au Portugal, en Italie ou au Royaume-Uni, les pilotes allemands ont eu gain de cause sur leur principale revendication: ne plus être employés selon le droit irlandais.

« D’ici février 2019 tous les pilotes basés en Allemagne seront employés sous des contrats de droit allemand et non plus irlandais », a indiqué le syndicat allemand de pilotes Cockpit dans un communiqué.

Les pilotes allemands se sont donné jusqu’à fin mars pour négocier un accord définitif portant également sur une augmentation des salaires et la mise en place de comités d’entreprise.

D’ici là, ils se sont engagés à ne plus faire grève.

Le personnel de cabine de Ryanair basé en Allemagne, qui négociait de son côté, est lui parvenu à un accord le 13 novembre arrachant une augmentation de salaire et l’application du droit allemand, mais pas d’autorisation de s’organiser en comités d’entreprise.

Après avoir refusé pendant ses trois premières décennies d’existence de discuter avec les syndicats, Ryanair a opéré un virage à 180 degrés en décembre en acceptant de reconnaître certaines organisations syndicales et d’engager des négociations avec elles, après des épisodes de grèves à répétition.

Depuis, la compagnie a conclu plusieurs accords sociaux définitifs ou de principe avec ses pilotes et/ou son personnel de cabine, en Belgique, en Espagne, en Irlande, au Portugal, au Royaume-Uni et en Italie.

Mais les pilotes d’Allemagne, où le droit du travail est particulièrement exigeant, avaient constitué un dernier bastion de résistance et réclamé la désignation d’un médiateur. Ils avaient évoqué en septembre, entre autres, le nom de l’ancien chancelier Gerhard Schröder.

dar/cfe/bp