Ryanair aura « normalisé » ses rapports sociaux d’ici à mars prochain (dirigeant)

LONDRES, 21 novembre 2018 (AFP) – Ryanair aura « normalisé » ses relations avec les syndicats avec des accords sociaux en place dans la plupart des pays d’Europe d’ici au mois de mars prochain, a assuré mercredi un haut responsable de la compagnie aérienne à bas coût.

La première compagnie européenne en termes de passagers transportés a amorcé en décembre dernier un virage à 180 degrés en ouvrant des négociations avec les syndicats qu’elle avait jusqu’alors ignorés. Plusieurs grèves ont touché Ryanair depuis mais des accords sociaux ont aussi été conclus dans quelques pays pour ses pilotes et/ou ses personnels de cabine.

« Nous aurons quelques grands accords de plus d’ici Noël », a confié le directeur marketing de Ryanair, Kenny Jacobs, à quelques journalistes réunis à Londres. « D’ici au mois de mars ceci sera normalisé, avec des accords en place avec les syndicats de pilotes et de personnels de cabine de nos principaux marchés. Pour 90% de Ryanair des accords seront en place », a-t-il assuré.

La priorité de la compagnie est, d’ici là, d’avoir signé des accords avec ses pilotes ou des conventions du travail en Allemagne, en Belgique, en Espagne et au Portugal. Des accords partiels ont déjà été conclus dans ces pays, mais la direction de la compagnie y est encore engagée dans des négociations avec des syndicats qu’elle espère terminer d’ici à la fin de l’hiver.

« Ces accords couvriront les questions des contrats locaux, des taxes et de la législation nationale, de l’ancienneté, etc. », a énuméré M. Jacobs. Autant de revendications des représentants du personnel qui demandaient notamment, depuis des années, l’octroi aux employés de contrats de leur pays de résidence et non de droit irlandais, ainsi que des contrats directs avec l’entreprise et non via des agences externes.

D’ici à Noël, « la totalité de nos pilotes allemands seront employés via des contrats Ryanair, il n’y aura plus de contrats via des agences », a donné en exemple le dirigeant, ajoutant que pour le personnel de cabine ce sera plus du « 50/50 ».

M. Jacobs a souligné que la direction du groupe avait réussi à négocier « très vite » – en l’occurrence en une quinzaine de mois – sur la plupart des points demandés par les syndicats, alors que Ryanair n’avait jamais discuté avec eux pendant ses trois premières décennies d’existence.

Le dirigeant a dénombré huit jours de grève chez Ryanair entre les mois de mai et d’octobre de cette année et souligné qu’à chaque fois, 90% des vols avaient été assurés.

pn/jbo/bp