Saint-Gobain Pont-à-Mousson: le CCE lance une expertise

STRASBOURG, 23 avril 2019 (AFP) – Le comité central d’entreprise (CCE) de Saint-Gobain PAM à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) a nommé un cabinet d’expertise pour faire un bilan de la situation de la société, a-t-on appris mardi de sources syndicales.

« On a lancé un droit d’alerte, qui a été voté par le CCE, et on a nommé un expert qui va nous aider à comprendre ce qu’il s’est passé depuis quinze ans dans la société », a indiqué Didier Rivelois, délégué syndical central CFE-CGC et membre de l’intersyndicale.

« L’intersyndicale demande à Saint-Gobain de nous recapitaliser et d’investir dans toutes nos lignes de produits » en Lorraine, a-t-il ajouté.

« On est toujours en proie aux doutes et aux incertitudes », a regretté une autre source syndicale qui n’a pas assisté à la réunion du CCE.

Début avril, la fédération CFE-CGC de la métallurgie s’était élevée contre un « projet de cession » de Saint-Gobain PAM à un groupe public chinois, la direction affirmant qu’une réflexion sur la recherche d’un « partenaire » était « en cours » et qu’il existait « une multitude d’options ».

Le scénario d’une vente à un groupe chinois « n’a jamais été démentie et nous avons de plus en plus d’éléments qui confirment que c’était bien un scénario envisagé », a affirmé Didier Rivelois.

Le 9 avril, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno le Maire, avait assuré qu’un fonds d’investissement américain avait également fait une proposition.

La société Saint-Gobain Pont-à-Mousson est une filiale historique du groupe. Elle fabrique depuis plus de 150 ans des canalisations et raccords en fonte ductile pour l’adduction d’eau.

En France, Saint-Gobain PAM compte cinq usines (quatre en Meurthe-et-Moselle et une en Haute-Marne), un centre de recherche et emploie 2.200 salariés.

maj/eb